NOUVELLES

Air Canada proposera un vol direct entre Montréal et Tokyo l'an prochain

Cela générera des retombées qui ne se limiteront pas seulement à l'industrie touristique.

23/08/2017 15:59 EDT | Actualisé 23/08/2017 16:01 EDT
Getty Images

MONTRÉAL — Air Canada proposera une liaison directe annuelle entre Montréal et Tokyo, ce qui, selon les gens d'affaires et la classe politique, générera des retombées qui ne se limiteront pas seulement à l'industrie touristique.

Le plus important transporteur aérien a indiqué mercredi que le vol sera offert à compter de l'an prochain à destination de l'aéroport de Narita.

Air Canada exploite actuellement jusqu'à 46 vols directs entre le Canada et le Japon depuis Toronto, Vancouver et Calgary. L'ajout d'une liaison directe à partir de Montréal représente un investissement de 200 millions $ qui devrait créer 150 emplois directs.

Selon le président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM), Michel Leblanc, cette nouvelle liaison directe offrira notamment des occasions d'affaires dans les secteurs de l'intelligence artificielle et des technologies aux entreprises québécoises.

Le Japon représente le sixième marché d'exportation en importance pour le Québec, selon la ministre responsable des PME et du Développement économique régional, Lise Thériault. L'an dernier, ce pays a acheté pour 1,3 milliard $ de biens en provenance du Québec, a-t-elle affirmé.

Plus de 600 compagnies québécoises ont des liens d'affaires avec le Japon, a ajouté Mme Thériault.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a pour sa part affirmé que ces vols directs permettront de renforcer l'économie de la métropole en attirant de nouveaux investissements. Cela permettra à Montréal de mieux jouer son rôle de locomotive économique, a-t-il dit.

Cette liaison pourrait également inciter des Japonais à s'intéresser au marché immobilier québécois, comme cela a été le cas avec la Chine après l'ajout de vols directs à destination de l'Empire du Milieu.

M. Coderre a affirmé que le marché immobilier montréalais était capable d'absorber ces nouveaux acheteurs sans qu'il y ait une flambée des prix comme à Toronto et Vancouver.

Tokyo: les bonnes adresses