BIEN-ÊTRE

Licenciée à cause de ses règles, elle attaque son employeur

L'Union américaine des libertés individuelles dénonce "une discrimination illégale du point de vue de la loi fédérale".

22/08/2017 08:28 EDT | Actualisé 22/08/2017 08:38 EDT
aclu.org
Alisha Coleman avec ses trois enfants

C'est un motif de licenciement plutôt incongru. Pourtant, le Bobby Dodd Institute, une agence pour l'emploi où travaillait Alisha Coleman, n'a pas hésité à lui reprocher ses menstruations pour se séparer d'elle. En 2016, cette Américaine a dû prendre la porte à cause de ses règles abondantes, provoquées par une pré-ménopause.

Cette employée travaillait depuis près de dix ans comme standardiste pour un numéro d'urgence du Bobby Dodd Institute. Comble de l'ironie, sur le site de cette organisation à but non lucratif, on apprend que cette dernière a pour objectif de "mettre en lien des personnes handicapées ou désavantagées avec des emplois", avec pour slogan: "Valoriser les gens. Changer des vies".

Le Bobby Dodd Institute est visiblement moins tolérant qu'il n'y paraît. Et pour cause, les supérieurs d'Alisha Coleman seraient allés jusqu'à lui remettre "une mise en garde disciplinaire pour avoir sali une chaise après qu'elle a eu son premier incident" pour finalement être remerciée après le deuxième, rapporte cet article du New York Times. Selon la plainte déposée, sa faute professionnelle consiste en un manquement au "respect des règles strictes d'hygiène personnelle et de maintien de la propreté sur son lieu de travail".

L'Union américaine des libertés individuelles de Géorgie aux États-Unis (ACLU) s'est saisie de l'affaire et a décidé de défendre Alisha Coleman, qu'elle dit victime d'une "discrimination illégale sur son lieu de travail".

Selon l'une des dirigeantes de l'ACLU Géorgie, Andrea Young:

"Licencier une femme parce qu'elle a ses règles au travail est offensant et c'est une insulte à toutes les femmes qui travaillent. Des menstruations abondantes, c'est quelque chose que presque toutes les femmes ont déjà expérimenté, plus particulièrement lorsqu'elles approchent de la ménopause. Et Alisha a été couverte de honte, rabaissée et licenciée pour ça. Ce n'est pas correct et c'est illégal du point de vue de la loi fédérale. Nous nous battons contre ça!"

Dans un article datant du 17 juillet 2017 publié sur le site de l'ACLU, Alisha Coleman se confie.

"Toutes les femmes sont confrontées aux symptômes des menstruations quand elles ne s'y attendent pas. Mais je n'avais jamais imaginé pouvoir être licenciée à cause de ça. Être remerciée à cause d'un accident de règles était humiliant. Je veux qu'aucune autre femme n'ait à traverser ce que j'ai vécu, c'est pour ça que j'ai choisi de me battre."

Pour défendre l'employée, l'association met en avant le "Civil Rights Act" signé par le président américain Lyndon B. Johnson en 1964 et qui déclare illégale la discrimination reposant sur la race, la religion, l'origine nationale et le sexe. En effet, l'article 7 interdit cette dernière forme de discrimination incluant "la grossesse, la naissance d'un enfant, et tout ce qui est relatif à des raisons médicales" comme l'explique l'ACLU qui poursuit: "La cour fédérale, qui a rejeté l'affaire en février, a commis une erreur en statuant que la pré-ménopause, et les soudaines et importantes règles qui lui sont associées, ne sont pas protégées par l'article 7".

Contacté par le HuffPost, l'ACLU qui a fait appel de cette décision le 14 août dernier n'a pas donné suite à nos questions.

La date du procès n'a pas été dévoilée et on ignore pour l'instant ce que risque l'entreprise.

Ce texte a initialement été publié sur le HuffPost France.

VOIR AUSSI :