DIVERTISSEMENT

La mort de Réjean Ducharme, une «perte incroyable pour le Québec et le monde»

«Il était un ovni. Ça a été une révolution, Réjean Ducharme, dans la littérature de la francophonie.»

22/08/2017 18:24 EDT | Actualisé 22/08/2017 18:24 EDT

L'annonce de la mort de l'écrivain Réjean Ducharme a plongé le milieu littéraire dans le deuil, mardi.

Rolf Puls, qui connaissait l'auteur de «L'Avalée des avalées» depuis 40 ans, dit avoir subi «un grand choc», dont il ne s'est pas encore remis.

En entrevue avec La Presse canadienne, l'ancien directeur de l'antenne canadienne des Éditions Gallimard a précisé que l'écrivain, dramaturge, scénariste, sculpteur et parolier avait succombé à des complications liées à une opération.

Celui qui a aussi signé «Le Nez qui voque» et «L'hiver de force» était atteint d'un cancer du côlon, selon Gallimard.

Ses problèmes de santé se seraient d'abord déclarés il y a un an, peu avant que sa compagne, Claire Richard, ne rende l'âme.

Rolf Puls estime que son trépas ne suffira pas à percer l'anonymat du romancier insaisissable.

«C'est quelqu'un qui n'a pas voulu jouer le jeu médiatique, a-t-il rappelé. Il s'est retiré derrière son oeuvre.»

«On a toujours respecté cette volonté de Ducharme de s'isoler pour des raisons sans doute extrêmement pures, de sorte qu'il ne soit pas contaminé par la valeur marchande d'un livre ou tout ce qui entoure sa promotion», a renchéri la directrice générale du Théâtre du Nouveau Monde, Lorraine Pintal.

Pour Rolf Puls, Réjean Ducharme était d'abord «un homme libre».

«Ce qui apparaît dans son oeuvre, et dans sa vie aussi, c'est quelqu'un qui était extrêmement drôle, qui avait des formules absolument formidables, des aphorismes dont toute son oeuvre est parsemée», a-t-il poursuivi.

M. Puls regrette que Réjean Ducharme ne verra pas paraître «Le Lactume», une série de 199 de ses dessins récemment retrouvés.

«Il n'aura pas vu malheureusement le livre achevé, qui est sorti de presse vendredi dernier», s'est-il désolé.

Une révolution dans la littérature francophone

Lorraine Pintal travaille pour sa part sur une adaptation de «L'Avalée des avalées» au théâtre, qu'elle compte présenter en France l'an prochain.

La comédienne parle d'une «perte incroyable pour le milieu culturel, pour le Québec, pour le monde». Elle estime qu'une «part de toute la littérature québécoise nous est arrachée de manière brutale».

«Même si je n'ai jamais eu la chance de le voir en chair et en os, c'est un auteur que je fréquente depuis plus de 30 ans», a-t-elle exposé, se disant «atterrée».

Elle souligne que ce «jeune prodige» a su marquer l'imaginaire des Européens, s'érigeant au statut d'«incontournable» à l'échelle internationale.

«Il était un ovni, a-t-elle rappelé. Ça a été une révolution, Réjean Ducharme, dans la littérature de la francophonie».

Lorraine Pintal a aussi tenu à soulever le mélange d'«amour féroce» et de «lucidité» dont il faisait preuve vis-à-vis le Québec.

Robert Charlebois a rendu un hommage discret sur Facebook à son ami de longue date, avec qui il avait travaillé sur «L'Osstidcho» et qui avait écrit à titre anonyme les paroles de plusieurs de ses chansons.

«Le silence est d'or
Dors Réjean, dors
Depuis qu' t'a plume s'est envolée
On n'a plus mots à piétiner
dans l'Avalée des Avalés
Ta plume d'argent
va continuer à réchauffer
l'Hiver de force des Enfantômes.»

Sur Twitter, le ministre québécois de la Culture, Luc Fortin, a souligné le caractère «unique» de la plume de l'écrivain.

L'été dernier, le ministre Fortin avait désigné la parution de «L'Avalée des avalés», qui avait valu à Réjean Ducharme une nomination pour le prix Goncourt, comme événement historique.

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, s'est dite attristée d'apprendre le décès de ce «véritable monument de la littérature au pays».

Quant au chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, il y est allé des épithètes «original, mythique, maître de l'enfance, réinventeur de mots».

«Nous savions peu de choses sur lui, sinon que sa plume était aussi belle que révolutionnaire», a pour sa part écrit le porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois.

LIRE AUSSI:
» L'écrivain Réjean Ducharme est mort à l'âge de 76 ans