NOUVELLES

Les manifestants extrémistes ne sont pas bienvenus à Québec, dit Labeaume

Au lendemain d'une manifestation qui a tourné au vinaigre à Québec.

21/08/2017 16:01 EDT | Actualisé 22/08/2017 11:34 EDT

Le maire Régis Labeaume a envoyé lundi les groupes extrémistes "se faire voir ailleurs", au lendemain d'une manifestation qui a tourné au vinaigre à Québec.

En conférence de presse à l'hôtel de ville, le maire a clairement indiqué que les protestataires d'extrême gauche ou d'extrême droite ne sont pas bienvenus dans sa ville, qui était devenue le théâtre de leur confrontation avortée dimanche.

"Allez vous faire voir ailleurs, vous nous coûtez cher, vous portez atteinte à la réputation de la ville", a-t-il dit, en les invitant à aller manifester à Lévis ou Trois-Rivières.

D'une part, il a condamné les casseurs et la bande du militant gauchiste Jaggi Singh, qu'il dit détester, d'autre part, il a dit ne pas faire confiance à La Meute, en raison de ses allures de milice privée et des ambiguïtés dans son discours.

"On avait visiblement la crème des casseurs et des provocateurs. Il faut absolument condamner le comportement tellement crétin de la bande de Jaggi Singh", a lancé le maire, très remonté en ce jour qui marquait son retour de vacances. Et il n'a pas épargné les disciples de La Meute non plus.

"Si on les écoute, ils vont nous faire croire qu'ils font du scoutisme (...), toutefois, un de leurs lieutenants était avec les extrémistes blancs à Charlottesville (aux États-Unis, à une manifestation des suprématistes blancs). On ne peut pas avoir plus ambigu que ça. Je me méfie énormément parce que quand ces gens-là vont prendre un peu d'enflure et vont décider de sauver la race, ça peut se compliquer."

Le maire a précisé que le dispositif de sécurité des forces de l'ordre a coûté 75 000 $ à la Ville. Il a salué le travail de ses policiers tout en reconnaissant qu'il y a toujours des choses à améliorer.

M. Labeaume a d'ailleurs indiqué que "ce n'est pas terminé". Tout a été filmé et des arrestations pourraient bien avoir lieu ultérieurement, a-t-il laissé entendre.

Rappelons que dimanche, le groupe ultranationaliste xénophobe La Meute a organisé un rassemblement près du parlement à Québec qui a dû être retardé en raison de la présence d'une contre-manifestation. Des casseurs se trouvaient parmi les protestataires gauchistes et la police qui s'interposait a dû dissiper la contre-manifestation. Au final, il y a eu une seule arrestation et quelques blessés.

Quelques centaines de partisans de La Meute ont ensuite pu entreprendre une marche silencieuse, en opposition à l'arrivée de demandeurs d'asile haïtiens en provenance des États-Unis, qualifiés d'"immigration illégale".

Suspendu de La Meute

Parmi eux il y avait justement Shawn Beauvais-MacDonald, ce militant qui a été suspendu de La Meute pour avoir pris part à la manifestation de Charlottesville.

Il a dit à La Presse canadienne être allé marcher avec La Meute "à titre de citoyen consciencieux", même s'il a été suspendu. En outre, il a aussi rendu hommage au travail des forces de l'ordre à Québec.

"Si la police de Charlottesville avait agi comme la police de Québec, Heather Hayes (la militante antifasciste morte renversée par une voiture) serait encore en vie aujourd'hui et les représentants de Unite The Right auraient pu prendre la parole (cette journée-là)."

La contre-manifestation à Québec tourne au vinaigre

LIRE AUSSI:
» Après les affrontements, les loups manifestent à Québec
» Un salut nazi en marge de la manif antifasciste à Québec
» Le sénateur Boisvenu défend son adhésion à des groupes Facebook hostiles à l'immigration