POLITIQUE

Joël Lightbound condamne les dérapages de la contre-manif opposée à La Meute

«Le respect, ça s’inspire pacifiquement, ça ne s’impose pas par la violence.»

21/08/2017 13:47 EDT | Actualisé 22/08/2017 01:04 EDT

QUÉBEC – Le député fédéral Joël Lightbound, qui a déjà exprimé son dégoût envers La Meute, s'est dit «déçu» de la tournure des événements lors de la contre-manifestation opposée au groupe d'extrême droite. Il condamne également les gestes de violence commis par les militants «antifascistes».

«Le respect, ça s'inspire pacifiquement, ça ne s'impose pas par la violence. Donc c'est très malheureux qu'une bande de manifestants qui semblaient des agitateurs professionnels aient fait ombrage à la belle manifestation [où] des familles, des personnes âgées venaient manifester pacifiquement pour dire qu'on rejette l'intolérance, qu'on rejette la xénophobie, qu'on rejette le racisme à Québec», a-t-il fait valoir lors d'un point de presse en compagnie de la ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott.

La veille de la contre-manifestation, M. Lightbound avait déclaré à Radio-Canada qu'il s'opposait à La Meute et que de voir leur signe de patte associé au drapeau du Québec lui donnait envie de gerber. Il avait toutefois émis le souhait que les événements se passent «dans la paix, le calme et la non-violence».

Des centaines de personnes étaient venues manifester leur opposition à La Meute à Québec. Un contingent pacifique est parti de Place d'Youville, mais ce sont les manifestants cagoulés qui ont retenu l'attention en raison d'actes de grabuge et des attaques contre des civils, notamment. Leur manifestation a été déclarée illégale par le Service de police de la Ville de Québec.

Pendant ce temps, des sympathisants de La Meute étaient terrés dans un stationnement souterrain près du Parlement. Ils y sont restés tout l'après-midi, suivant les consignes des autorités, avant de sortir de leur tanière pour manifester en silence contre l'immigration dite «illégale».

«Je reconnais à La Meute, comme à tout autre groupe, le droit de manifester, précise le député Lightbound. C'est un droit en démocratie, de la même manière que je m'inscris en faux complètement avec le message où on stigmatise une minorité, on brandit des monstres imaginaires – par exemple l'immigration illégale, alors qu'il n'y a pas d'immigration illégale.»

«On a au Québec et au Canada des demandeurs d'asile qui se garrochent dans les bras de la GRC, des autorités. Quelqu'un qui commet quelque chose d'illégal ne va pas se jeter dans les bras de la police, poursuit-il. Ce sont des gens qui sont parfaitement légitimes de faire une demande d'asile. Leur demande va être évaluée. Donc je pense que c'est regrettable d'avoir ce genre de message, celui de trouver des boucs émissaires et de stimuler ce qu'il y a de pire: la xénophobie, le racisme, etc.»

LIRE AUSSI:
» Après les affrontements, les loups manifestent à Québec
» Un salut nazi en marge de la manif antifasciste à Québec
» Le sénateur Boisvenu défend son adhésion à des groupes Facebook hostiles à l'immigration

La contre-manifestation à Québec tourne au vinaigre