BIEN-ÊTRE

Ce papa est tanné que le monde le voit comme «un meuble»

«Chez nous ce n'est pas 'une maman et ses enfants, ET le papa'... Non, on est une famille!»

21/08/2017 14:43 EDT | Actualisé 21/08/2017 14:46 EDT

Il vaut mieux que ça et il le sait. Olivier, 32 ans, a eu deux enfants avec sa compagne Mathilde: Zély, 6 ans et Basile, 2 ans. Ce photographe qui vit dans le nord de la France vient de démissionner de son emploi salarié. "Après être passé à côté de moments importants de la vie de mes enfants en bas âge, je viens de quitter mon job en grande partie pour pouvoir me consacrer à ma famille", explique-t-il, interrogé par nos collègues du HuffPost France.

Mais, pour de nombreuses personnes, Olivier n'est "que" le papa. Dimanche 20 août, alors que son fils est hospitalisé, le père de famille décide de prendre la parole sur Facebook, fatigué de se voir constamment relégué au second rang. "Après un séjour à l'hôpital avec notre fils, je constate qu'aux yeux du personnel médical, c'est toujours la maman qui s'occupe des enfants."

Des aides-soignantes au chirurgien, en passant par les infirmières, ce papa a été blessé de voir que malgré le fonctionnement très égalitaire de son couple, à l'extérieur, les mentalités n'évoluent pas aussi vite.

"J'en ai pleuré ce matin, oui je sais faire ça aussi, un homme ce n'est pas juste des muscles et un caleçon, ça a aussi un cœur, on peut parfois même être sensible, si si je vous jure [...] Bref, mes enfants je les ai voulus, ON les a voulus, je m'en occupe du mieux que je peux et je les aime plus que tout", rappelle-t-il avant de préciser que cette vision de la paternité et du partage des tâches n'a "rien d'héroïque", qu'elle est même tout à fait "normale".

"Chez nous, ce n'est pas 'une maman et ses enfants, ET le papa'... Non, on est une famille! Où chacun à sa place! On fait tout ensemble avec ma femme , on fait la grasse mat' chacun son tour le week-end, pendant que l'un prend le bain, l'autre prépare le repas, etc. on se voit comme une équipe, et nos enfants en sont très heureux".

Ce n'est pas tant le personnel médical qui est visé, mais la société tout entière. Cette prise de conscience a commencé au début de la première grossesse de sa compagne, où le jeune papa raconte au HuffPost avoir eu du mal à trouver sa place. Olivier s'insurge aussi du manque de tables à langer dans les toilettes des hommes et d'avoir dû "affronter les regards pour changer mes enfants dans les toilettes des femmes".

Si son texte a été apprécié par de nombreux internautes, papas ou non, d'autres pointent du doigt une forme de "sexisme inversé" à l'égard des femmes. "Je veux juste prendre ma place de père dans ma famille et aussi dans la société", explique-t-il à une internaute qui lui rappelait que si les femmes sont plus sollicitées en tant que mère, "ce n'est pas un avantage".

Kalimba Mendes

Olivier et sa fille Zély.

Ce texte a initialement été publié sur le HuffPost France.

Être papa, c'est aussi ça