NOUVELLES

Jean-François Lisée a vendu sa maison d’Outremont

Des déménageurs ont récemment été aperçus en train de sortir des biens du domicile du politicien.

20/08/2017 17:07 EDT | Actualisé 20/08/2017 18:59 EDT
LA PRESSE CANADIENNE

Le chef du Parti québécois et chef de l'opposition officielle Jean-François Lisée a vendu sa maison d'Outremont pour une somme qui pourrait s'élever à plus d'un million de dollars.

Des déménageurs ont récemment été aperçus en train de sortir des biens du domicile du politicien, qui est également député de Rosemont, un quartier de Montréal beaucoup moins cossu.

La courtière immobilière Chantale Bertrand, qui a pris en charge la vente de cette luxueuse propriété, a affiché que celle-ci est désormais vendue sur le site web de l'agence Via Capitale. Mme Bertrand a précisé que M. Lisée y vit toujours et que la transaction devrait être complétée après la Fête du Travail.

Jean-François Lisée a vendu sa maison d’Outremont

L'attaché de presse de Lisée, Bruno-Pierre Cyr, s'est abstenu de commenter la transaction.

Située au 35 avenue Beloeil, dans l'un des quartiers les plus prisés de Montréal, la propriété était évaluée à 1,14 million $. Son prix de vente a été fixé à 1 295 000 $. Le compte de taxe qui y est associé dépasse 9500 $.

L'acheteur et le prix de vente exact de cette demeure construite en 1921 sont encore inconnus, puisque l'acte de vente n'a pas encore été enregistré. Le registre foncier montre toutefois que Lisée en était le copropriétaire avec son ex-conjointe Sandrine Perrot, une chercheuse universitaire d'origine française qui est rentrée au bercail après avoir passé plusieurs années au Québec. Les deux avaient travaillé à l'Université de Montréal.

Lisée possédait 88 pour cent de la maison, tandis que Perrot en possédait 12 pour cent. Le couple avait déboursé 900 000 $ et contracté une hypothèque de 720 000 $ pour l'acquérir en 2008. La propriété a ensuite été refinancée par l'entremise d'une hypothèque de 602 000 $ en mai 2013.

Lisée partage maintenant sa vie avec Sylvie Bergeron, une adhérente du Parti québécois qui est également auteure, conférencière et offre une formation d'«autocoaching».

La maison de 20 pièces, qui était sur le marché depuis plusieurs mois, avait fait les manchettes en novembre dernier. Jean-François Lisée avait alors accusé François Legault d'appartenir à l'élite en raison de sa maison de 5 millions $ à Outremont. Le chef de la CAQ n'avait pas manqué de souligner l'ironie de ce commentaire, puisque son homologue péquiste possédait lui-même une maison évaluée à plus d'un million $ dans le même secteur.

De fait, l'arrondissement d'Outremont est depuis longtemps le préféré de l'élite financière, politique, journalistique et littéraire du Québec francophone. Il offre de nombreux parcs, des commerces de proximité, des restaurants ainsi qu'une vie culturelle animée et intéressante.

Selon la courtière, la maison offrait aux acheteurs potentiels « de grands espaces de vie conviviaux [avec] jardin arrière intime, muret de pierres, grands arbres matures, terrasse avec auvent rétractable accessible par la véranda », ainsi qu'une « cuisine avec îlot central offrant beaucoup de rangement ».

Le tout dans un « emplacement des plus intéressants, à proximité de plusieurs écoles privées et publiques, à courte distance de l'Université de Montréal, avec une piste cyclable à quelques mètres et un accès aux pistes de randonnées du Mont-Royal ».

Andrew McIntosh est un journaliste d'enquête québécois primé, qui habite et travaille maintenant à Seattle.