NOUVELLES

Le pirate présumé de Yahoo! sera remis aux autorités américaines

Karim Baratov souhaite désormais accélérer le processus et faire face aux accusations.

18/08/2017 19:38 EDT | Actualisé 18/08/2017 19:39 EDT
Dado Ruvic / Reuters

Un Canadien accusé d'être à l'origine d'une cyberattaque massive contre le groupe internet Yahoo! a décidé vendredi de ne pas contester son extradition et sera bientôt remis aux autorités américaines.

Karim Baratov, un Canadien de 22 ans originaire du Kazakhstan, avait été arrêté au Canada en mars à la demande des autorités américaines pour des activités présumées de piratage électronique, d'espionnage commercial et autres crimes.

Le jeune homme souhaite désormais accélérer le processus et faire face aux accusations, selon un porte-parole de son avocat Amedeo DiCarlo.

"Une ordonnance du tribunal a été validée pour permettre aux (autorités) de venir chercher Karim", a ensuite indiqué M. DiCarlo lui-même aux médias. "Je ne sais pas si cela sera aujourd'hui ou demain. Cela pourrait être n'importe quand. Généralement, ce type de mandat est valable pour deux semaines".

L'audience de vendredi à Hamilton, en Ontario, au cours de laquelle Karim Baratov a signé le document permettant son extradition, a été "la dernière procédure au Canada et les suivantes seront prises en charge par moi-même et les avocats américains" du suspect, selon son avocat.

Les autorités américaines accusent les services secrets russes d'avoir embauché M. Baratov et un autre hacker pour cette attaque contre Yahoo!, initiée en 2014 et considérée comme l'une des plus importantes dans le monde à ce jour avec au moins 500 millions de comptes d'utilisateurs compromis et des vols d'informations ayant duré jusqu'en 2016.

L'attaque avait visé en particulier des journalistes russes, des responsables gouvernementaux russes et américains, ainsi que des salariés d'entreprises privées.

LIRE AUSSI:
» Piratage de Yahoo: l'accusé canadien comparaitra par vidéo vendredi
» attaque contre Yahoo visait des journalistes et des responsables du gouvernement
» Les cyberattaques dont vous n'avez pas entendu parler cette année

VOIR AUSSI: