POLITIQUE

« Montréal fait partie du Québec », répond Lisée à Coderre

Le maire de Montréal pense que le projet de loi sur la neutralité religieuse ne devrait pas s’appliquer aux municipalités.

17/08/2017 17:06 EDT | Actualisé 17/08/2017 17:06 EDT
LA PRESSE CANADIENNE/Jacques Boissinot

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, demande au maire de Montréal, Denis Coderre, de se mêler de ses oignons et de laisser les élus de l'Assemblée nationale faire leur travail.

Le maire Coderre s'est opposé à l'idée que le projet de loi sur la neutralité religieuse s'applique aux municipalités et aux sociétés de transport, entre autres. « On est aptes à dire comment nos employés vont s'habiller », a-t-il dit en marge d'une réunion du comité exécutif mercredi.

M. Lisée, qui est lui-même un élu de Montréal à l'Assemblée nationale, a exprimé son « désaccord total » avec M. Coderre dans une publication sur Facebook. « Monsieur le maire, Montréal fait partie du Québec. Les Montréalais sont membres de la nation québécoise », écrit-il.

« Dans votre prétention d'exclure Montréal des décisions de l'Assemblée nationale, vous semblez oublier un élément essentiel. Les Montréalais sont représentés à l'Assemblée nationale par des députés de plusieurs partis. J'en suis. Les questions d'immigration et de laïcité font partie des enjeux qui déterminent le vote des électeurs montréalais au moment de leur choix de députés. »

Le maire Coderre s'inquiétait, entre autres, que le projet de loi empêche l'accès aux autobus aux femmes voilées, par exemple. Si M. Lisée estime qu'il a « raison » que les décisions sur le port de la burqa ou du niqab auront davantage d'impact à Montréal. Mais ce n'est pas une raison pour refuser d'appliquer les lois du Québec, selon le chef péquiste.

« Vos collègues maires des régions pourraient utiliser votre argument et se déclarer maîtres des décisions touchant la forêt, les mines, les pêches. Ils ne le font pas », prétend-t-il.

M. Lisée craint que les déclarations du maire Coderre n'occasionnent une « dérive malsaine » si Montréal souhaite se soustraire d'autres lois provinciales de la sorte en raison de son statut de métropole.

VOIR AUSSI: