DIVERTISSEMENT

Marciac, petit village français, épicentre du jazz mondial

Une petite commune à l'ouest de Toulouse qui vit une épiphanie annuelle chaque saison estivale.

17/08/2017 13:14 EDT | Actualisé 22/08/2017 07:39 EDT
Francis Vernhet

Imaginez le portrait. Un petit village de 1300 habitants au sud de la France devient, pendant deux semaines, le centre de la planète du jazz mondial. Des noms bien connus du Festival de jazz de Montréal, les Wynton Marsalis, Gregory Porter, Norah Jones ou Dee Dee Bridgewater s'y bousculent. Sur place, les locaux côtoient les aficionados du jazz, dans une ambiance bon enfant. Bienvenue à Marciac, petite commune à l'ouest de Toulouse qui vit une épiphanie annuelle chaque saison estivale.

Cette année, pour cette 40e édition, le festival s'est déroulé fin juillet jusqu'au 15 août. Une période durant laquelle le village se transforme littéralement avec l'arrivée de plus de 250 000 personnes. À l'entrée, des gens campent sur place, cassent la croûte et jouent de la musique.

Au détour des rues, on peut rencontrer des «people français» comme le comédien Édouard Baer (Otis dans le film d'Astérix) avec lequel on a partagé un verre, de manière tout à fait naturelle. Marciac devient une bulle où gravitent musiciens, chanteurs, artistes, agriculteurs, festivaliers, amuseurs ou buveurs... la mixité fonctionne à plein régime.

Foie gras jazz

Durant la journée, sous le chaud soleil de la région du Gers, les gens partagent une table autour d'un verre de Pacherenc, vin blanc sec de la région, parfois liquoreux, ou d'Armagnac, la fameuse eau-de-vie fabriquée non loin de là.

Les différentes tables proposent les produits du terroir, le canard ou le foie gras. Vous imaginez la suite, il y a véritablement une dolce vita qui diffère avec les autres grands festivals... le plaisir n'est pas seulement musical, mais aussi dans l'assiette.

Un peu plus loin sur la place centrale, une scène est installée, ceinturée par des restaurants, des cafés et des commerçants. Les gens vont et viennent, dans une rumeur constante, et contribuent au succès de ce rendez-vous qui a commencé modestement, comme le petit poucet, rappelle le grand manitou du festival, Jean-Louis Guilhaumon.

«Le but n'était pas seulement de faire un festival de jazz, mais de créer un projet commun, culturel et d'irriguer notre territoire. Ce dont nous sommes fiers, c'est d'avoir redonné le goût aux gens de redécouvrir leur patrimoine», assure le président, très occupé, qui est aussi maire de Marciac.

Plusieurs bénévoles

Selon lui, les retombées sont importantes, environ 20 millions d'euros (environ 30 millions $ CAN) dans la région. Et l'événement peut compter sur 1050 bénévoles, dont Marianne Pradem, une anthropologue française qui travaille en Guyane. «Durant l'année, je suis dans l'Amazonie, je travaille avec les Autochtones, mais pour rien au monde je ne manquerais Marciac», dit-elle.

Cette fière Gasconne (le pays gascon, situé dans le Gers, aux abords des Pyrénées) ne manque pas de conseils et montre à qui veut l'entendre la façon de boire l'Armagnac, réchauffé par la paume de la main avant d'être consommé.

D'ailleurs, c'est souvent après quelques rasades de cette eau-de-vie que les festivaliers se dirigent vers le spectacle de fin de soirée, forme d'apothéose de la journée qui se déroule dans l'Astrada, salle couverte de 5000 personnes construite spécialement pour le festival.

Marciac, petit village français, épicentre du jazz mondial

Marciac comme une dépendance

Lors de notre passage, nous avons eu la chance de voir un concert du jazzman américain Wynton Marsalis accompagné par l'Iraquien Naseer Shamma. Un moment délicieux où les deux musiciens ont fusionné dans une ambiance, tantôt arabisante tantôt louisianaise, pour le plaisir des mélomanes.

Plus tard, en conférence de presse, Marsalis l'avoue. «Marciac est une dépendance», lance celui qui a adopté l'événement depuis plusieurs années.

«Marciac a un esprit, c'est un petit village. Les gens de la communauté participent depuis plusieurs années. Tous les musiciens adorent venir ici, ils aiment l'ambiance. Ce sont des gens de petites communautés qui viennent. C'est vraiment dans l'esprit du jazz», ajoute-t-il.

Et Marciac engendre des musiciens grâce à un programme mis de l'avant au collège. Lors de notre passage, un groupe de jeunes pratiquaient avec les grands jazzmans. Et un gars de place, sorti des écoles de Marciac, Émile Parisien, saxophoniste énergique, a enflammé la scène de l'Astrada en soirée. Une synergie unique dans le monde du jazz...

Balade à Sabazan

Après une soirée à Marciac, vous devez absolument faire une jolie balade. Direction au Château de Sabazan, dans le pays de Gascogne où les producteurs viticoles se sont regroupés sous l'appellation Plaimont producteurs.

On peut notamment déguster les vins de la région, notamment le Pacherenc du Vic-Bilh ou les Saint-Mont qui se déclinent en vins rouges (aux notes de fruits noirs), les blancs (frais avec notes d'agrumes) et des rosés, parfaits pour les chaudes après-midi d'été.

Lors de notre passage, un concert en plein air était organisé avec Émile Parisien dans le cadre du Festival de Marciac. Le tout s'est terminé avec la plantation d'un arbre en l'honneur du musicien par des Gascons arborant le béret de la région. Comme on vous disait, la douce vie...

Où se loger?

Le Domaine Arros, un gite de luxe, manoir avec plusieurs chambres, piscine, jacuzzi et tennis avec une très jolie fontaine à l'entrée. Possible de le louer à plusieurs personnes.

Route de Saint-Sever (D 38), 32730 Montégut-Arros, tel. 05 62 61 98 02, www.domainearros.com

Où manger?

L'Arrière-cuisine. Produits de la région, dont les tomates bio, foie gras et viandes diverses.

7, rue Notre-Dame à Marciac

La table du Jazz. Il s'agit du restaurant éphémère du festival dans la tente de l'événement. Chaque soir, les produits locaux défilent dans une ambiance jazz !

Ce reportage a été possible grâce à l'invitation du Comité Régional du Tourisme Occitanie et à Atout France.

LIRE AUSSI :
» 40e de la mort d'Elvis: des centaines de Québécois en pélerinage à Graceland
» Les membres de Simple Plan donnent des nouvelles de David Desrosiers
» Le 49e Festival international de la chanson de Granby est ouvert!

À voir également :