NOUVELLES

Saint-Jean-sur-Richelieu: un militaire accusé de plusieurs agressions sexuelles

L'aviateur Barry Rutherford fait face à quatre chefs d'accusation.

16/08/2017 14:07 EDT | Actualisé 16/08/2017 14:07 EDT
La Presse canadienne/Pascal Marchand

OTTAWA — Plusieurs chefs d'accusation d'agression sexuelle ont été déposés mercredi contre un militaire qui était en formation à l'école des recrues de Saint-Jean-sur-Richelieu.

L'aviateur Barry Rutherford fait face à quatre chefs d'accusation d'agression sexuelle ainsi que deux chefs d'accusation d'agression pour des événements remontant à septembre 2016.

Dans un communiqué publié mercredi, les Forces armées canadiennes ont spécifié que les incidents impliquent l'accusé et un autre membre de l'armée.

lls se seraient produits alors que les deux suivaient leur instruction de base à l'École de leadership et de recrues des Forces canadiennes, selon ce qui est indiqué dans le communiqué.

L'affaire suivra son cours conformément au système de justice militaire et pourrait être présentée devant la cour martiale à une date et à un lieu à déterminer, y ajoute-t-on.

Les accusations ont été déposées à l'issue d'une enquête menée par le Service national des enquêtes des Forces canadiennes (SNEFC).

Cela témoigne «des efforts de la police militaire» à «contribuer à un milieu de travail respectueux et professionnel», a déclaré le commandant du SNEFC, le lieutenant-colonel Francis Bolduc.

Les Forces armées canadiennes se sont engagées à combattre le fléau de l'inconduite sexuelle dans leurs rangs dans la foulée de la parution d'un rapport accablant sur le phénomène, en avril 2015.

L'auteure du document, l'ancienne juge de la Cour suprême Marie Deschamps, y évoquait une culture de sexualisation «propice aux incidents graves» et «hostile» aux femmes et aux homosexuels.

Une centaine de manifestants dénoncent le harcèlement, les agressions sexuelles et l'oppression