NOUVELLES

Le Texas renonce à une loi sur les toilettes et les transgenres

Après la mobilisation de militants des droits civiques et de grandes entreprises.

16/08/2017 11:40 EDT | Actualisé 16/08/2017 11:41 EDT
Lucy Nicholson / Reuters

Une proposition de loi destinée à encadrer l'usage des toilettes par les personnes transgenres au Texas a capoté après la mobilisation de militants des droits civiques et de grandes entreprises.

Ce texte, qui aurait obligé les personnes transgenres à utiliser les toilettes correspondant à leur genre de naissance, a agité pendant des mois le parti républicain majoritaire dans le second Etat le plus peuplé des Etats-Unis.

Il avait été approuvé par l'une des deux chambres législatives texanes en juillet mais il a été officiellement enterré tard mardi soir lors d'une séance extraordinaire de la Chambre des représentants du Texas, sans même la tenue d'un débat.

Il a simplement fallu pour cela que le président de la Chambre, un républicain modéré opposé à cette mesure, n'octroie pas de temps aux parlementaires pour en débattre.

Cette instance ne devrait plus siéger avant 2019, à la suite d'élections.

Des moments historiques pour les transgenres

Les défenseurs de ce texte arguaient qu'il avait simplement vocation à protéger les femmes et les enfants de prédateurs sexuels. Mais ses détracteurs affirmaient qu'il était discriminatoire et aurait fait du Texas un paria national.

Le Texas, qui a voté massivement pour Donald Trump en 2016, est considéré comme l'un des Etats américains les plus conservateurs et un baromètre de la politique républicaine.

Des militants des droits des homosexuels et d'autres associations de défense des droits civiques ont combattu avec vigueur cette proposition de loi, estimant qu'elle provoquerait une régression de plusieurs années en matière d'égalité.

Mais pour certains observateurs, l'élément crucial dans ce trépas législatif a été l'intervention de géants des affaires ayant leur siège social ou des activités au Texas, comme Apple et Amazon.

Les deux groupes technologiques ont signé avec la compagnie aérienne United Airlines et la banque Capital One une lettre ouverte mettant en garde les autorités locales sur le fait que ce texte, s'il était adopté, priverait le Texas de 5,6 milliards de dollars de recettes touristiques et d'investissements.

LIRE AUSSI

UNITED CONTINENTAL HOLDINGS