BIEN-ÊTRE

Bella Hadid en couverture de Vogue Arabia, après la Une polémique de sa sœur

La mannequin est « fière » de rappeler que « la moitié de son sang » est palestinien.

16/08/2017 11:11 EDT | Actualisé 16/08/2017 11:13 EDT

Cette fois ça sera la bonne, s'est sans doute dit Vogue Arabia pour sa seconde couverture avec une sœur Hadid en moins d'un an.

Si vous avez une impression de déjà-vu en découvrant une Hadid en Une de ce magazine, c'est sans doute car Gigi Hadid a fait la première couverture en mars dernier. Elle portait alors un hijab et a été accusée d'appropriation culturelle.

Cette fois c'est Bella Hadid qui fait la couverture de l'édition de septembre. Une couverture de plus pour la mannequin ce mois-ci (elle est notamment en Une du Harper's Bazaar chinois, du Elle russe et chinois ou encore du Vogue chinois).

A post shared by Bella Hadid (@bellahadid) on

Dans le post Instagram révélant cette nouvelle couverture, Bella écrit qu'elle est "honorée et fière" de faire cette Une, "particulièrement pour représenter et chérir le fait que je suis à moitié palestinienne par mon père et la merveilleuse partie arabe de ma famille."

Pour comparaison, voici la couverture de Gigi en mars:

A post shared by Vogue Arabia (@voguearabia) on

Si elle ne porte pas le hijab comme sa sœur, les tenues de Bella restent sobres dans les versions anglaise et arabe du magazine.

Manuel Arnaut, le rédacteur en chef de Vogue Arabia, a déclaré au New York Times que Bella est "parfaite" pour le magazine, en citant sa connexion avec la région et son statut de top modelèle internationale.

"Le monde arabe n'est pas un ghetto, ajoute-t-il. C'est une région très informée, très internationale et très cultivée où les Hadid sont très suivies."

A post shared by Vogue Arabia (@voguearabia) on

Le New York Times fait également remarquer que les Hadid, et surtout Bella, prennent de plus en plus la parole sur leur lien avec le monde arabe, tout particulièrement depuis l'élection présidentielle américaine.

Bella a notamment fait savoir qu'elle était fière d'être musulmane et a participé, avec Gigi, à une manifestation contre le décret de Donald Trump qui interdit l'entrée aux États-Unis de ressortissants de sept pays musulmans.

Une partie des critiques sur la couverture de Gigi concernait d'ailleurs son silence sur sa religion musulmane, sauf quand cela est pratique pour elle. Cela n'a pas échappé à Bella. Dans sa publication Instagram, elle remercie le magazine de "continuer à célébrer et à accepter les différentes cultures et coutumes comme nous devrions tous les faire".

Sur les réseaux sociaux, certains commentateurs critiquent le choix de cette couverture arguant que Bella est Américaine et que cette Une "n'est pas arabe". D'autres se demandent aussi ce que la mannequin fait sur les couvertures de plusieurs éditions chinoises ce mois-ci: "Peut-on m'expliquer ce que Bella Hadid fait sur la couverture de Vogue China, Elle China et Harper's Bazaar?", peut-on lire ici. "Il y a tellement de belles mannequins asiatiques et ils la choisissent elle pour trois couvertures en septembre?."

Ca n'est pas la première fois qu'un magazine est critiqué pour un choix d'égérie controversée, mais dans le cas de Vogue Arabia, la rédaction campe sur ses positions. Plutôt deux fois qu'une.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost américain et traduit de l'anglais.