NOUVELLES

La hausse du salaire minimum en Ontario aura des conséquences pour Metro

En raison de l'intention du gouvernement de hausser le salaire minimum dans la province l'an prochain.

15/08/2017 10:58 EDT | Actualisé 15/08/2017 10:58 EDT

MONTRÉAL — Le président et chef de la direction de Metro affirme que l'épicier fait face à une «importante pression» en Ontario en raison de l'intention du gouvernement de hausser le salaire minimum dans la province l'an prochain.

Eric La Flèche a indiqué mardi que la chaîne de supermarchés comptait exercer un «contrôle serré» sur ses dépenses afin de continuer à croître, sans toutefois préciser les mesures qui pourraient être déployées.

Le dirigeant de Metro a effectué ces commentaires à l'occasion du dévoilement des résultats du troisième trimestre terminé le 1er juillet.

D'autres détaillants ontariens ainsi que des associations de gens d'affaires ont également effectué des sorties similaires récemment pour prévenir que la hausse du salaire minimum pourrait avoir des conséquences négatives.

Metro s'attend à ce que l'augmentation du salaire minimum en Ontario se traduise par des coûts supplémentaires oscillant entre 45 millions $ et 50 millions $ en 2018.

Au troisième trimestre, l'entreprise établie à Montréal a engrangé un bénéfice net de 183 millions $, ou 78 cents par action, en progression de 3,7 pour cent par rapport à la même période l'an dernier.

Ses revenus ont été de 4,07 milliards $, en hausse de 1,4 pour cent, mais les ventes des établissements ouverts depuis au moins un an — un indicateur clé dans le secteur du commerce de détail — ont fléchi de 0,2 pour cent.

Le salaire minimum à travers le Canada (2015)