NOUVELLES

Trump dénonce les «violences racistes» de Charlottesville

Le président américain n'avait pas clairement dénoncé des violences de l'extrême droite lors de sa première allocution.

14/08/2017 13:10 EDT | Actualisé 14/08/2017 14:29 EDT
Bloomberg via Getty Images

Le président américain Donald Trump a fermement dénoncé lundi les "violences racistes" qui ont fait un mort et une vingtaine de blessés à Charlottesville samedi, dénonçant les "suprémacistes blancs, le KKK et les néonazis" dont les valeurs sont contraires à celles de l'Amérique.

"Le racisme, c'est le mal", a lancé Donald Trump, sous le feu roulant des critiques pour n'avoir pas clairement dénoncé des violences de l'extrême droite lors de sa première allocution sur le sujet, samedi.

"Tous ceux qui ont agi de manière criminelle lors des violences racistes de ce week-end devront répondre de leurs actes devant la loi, justice sera rendue", a-t-il lancé lors d'une brève déclaration depuis la Maison-Blanche.

"Quelle que soit la couleur de notre peau, nous vivons tous avec les mêmes lois, nous saluons le même drapeau", a-t-il poursuivi.

"Ceux qui recours à la violence en son nom sont des criminels et des voyous, y compris le KKK, les néonazis et les suprémacistes blancs (...) qui sont à l'opposé de tout ce qui nous est cher en tant qu'Américains", a-t-il encore dit.

Dans sa déclaration de samedi, depuis son golf de Bedminster, dans le New Jersey, le président américain avait condamné les violences mais renvoyé les deux camps dos à dos en pointant une responsabilité "venant de diverses parties".

Une femme de 32 ans a été tuée à Charlottesville quand un sympathisant néonazi, James Fields, a intentionnellement percuté avec son véhicule des contre-manifestants. Un juge a maintenu lundi sa détention pour une durée indéterminée.

LIRE AUSSI:
» Mathieu Bock-Côté dénonce une «attaque ordurière» de Maïtée Labrecque-Saganash
» Barack Obama cite Nelson Mandela pour condamner les violences à Charlottesville
» La Maison-Blanche peine à calmer la polémique née des silences de Trump