NOUVELLES

La rémunération des hauts dirigeants du Fonds de solidarité FTQ atteint 2,98 M $

En hausse de presque 10% depuis un an

14/08/2017 16:24 EDT | Actualisé 14/08/2017 16:26 EDT
Mario Beauregard, La Presse canadienne (PC)

MONTRÉAL — La rémunération globale des cinq membres de la haute direction du Fonds de solidarité FTQ s'est établie à 2,98 millions $, en hausse d'environ 9,5 pour cent, au cours de son exercice financier terminé le 31 mai.

Ces informations figurent dans la circulaire qui est envoyée aux actionnaires de l'investisseur institutionnel en vue de son assemblée du 30 septembre, qui doit se tenir au Palais des congrès de Montréal.

Le salaire global des cinq plus hauts dirigeants du Fonds de solidarité FTQ combine notamment le salaire de base, les primes, les contributions aux régimes de retraite et d'autres avantages sociaux.

Celui du président et chef de la direction, Gaétan Morin, s'est établi à 1,08 million $, ce qui constitue une hausse de 12 pour cent comparativement à l'exercice 2016. Son salaire de base est passé de 647 597 $ à 673 245 $.

Le premier vice-président aux finances, Sylvain Paré, arrive au deuxième rang en ce qui a trait à la rémunération globale, avec 498 977 $, en hausse de 20 pour cent.

En dévoilant les résultats de l'exercice 2017, le mois dernier, M. Morin avait estimé que le Fonds de solidarité FTQ avait conclu une «année de tous les records» au cours de laquelle l'institution a vu ses profits franchir la barre du milliard de dollars pour la première fois depuis sa création, en 1983.

L'investisseur institutionnel avait attiré 81 nouvelles entreprises partenaires, pour un total de 2700, en plus de compter 645 000 actionnaires, ce qui représente une progression de 27 000.

Pour le plus récent exercice, le Fonds de solidarité FTQ a affiché un rendement de 9,1 pour cent — qui ne tient pas compte de l'impact des crédits d'impôt provincial et fédéral pour cotisations aux fonds de travailleurs — comparativement à 4,4 pour cent lors de l'année financière précédente.

Sur cinq ans, l'investisseur institutionnel affiche un rendement de 7,3 pour cent.

La commission Charbonneau en bref