DIVERTISSEMENT

ÎleSoniq démarre en trombe

Il faut les voir tous ces jeunes festivaliers arrivés en groupe, boisson à la main et lunette de soleil, amassés sous l’ombre du dôme géodésique de la Biosphère.

12/08/2017 11:14 EDT | Actualisé 13/08/2017 14:10 EDT
Jfgalipeau.ca

Encore plus gros, plus fou et avec encore plus de décibels! La 4e édition de ÎleSoniq s'est amorcée vendredi après une journée spéciale consacrée au 375e de Montréal qui s'est déroulé dans le quartier de Griffintown. Les amateurs ont ensuite convergé au parc Jean-Drapeau sur l'île Notre-Dame pour deux jours de musique électro. Les trois scènes juxtaposées ont accueilli des milliers de participants sous une température chaude et humide idéale pour faire la fête.

Il faut les voir tous ces jeunes festivaliers arrivés en groupe, boisson à la main et lunette de soleil, amassés sous l'ombre du dôme géodésique de la Biosphère. Du fluo partout, visiblement à la mode cette année, sur les habits des adolescents et jeunes adultes qui composent la vaste majorité des aficionados de ce festival visiblement l'un des plus branchés de la saison.

Malgré les apparences bon enfant, les organisateurs se souviennent encore des centaines d'interpellations liées à la drogue durant l'été 2014. Les contrôles de sécurité ont donc été renforcés cette année, semble-t-il, avec fouille des sacs obligatoire et passage sous les portiques de détection.

Styles de soirée: ça bouge en rythme et en styles à Île Soniq

Illenium, Desiigner et Afrojack

Mais place à la musique. En attendant les gros morceaux, Afrojack en tête, programmé en soirée, l'après-midi a vu défiler des duos artistes de tout acabit comme Audiation, Nymra & Sofisticated ou Win and Woo. L'artiste rap émergent, Desiigner, a joué son méga succès Panda. En attendant de découvrir son premier album studio The Life of Desiigner, dont la sortie est prévu en fin d'année, le protégé de Kanye West a offert ses dernières trouvailles tirées de son mixtape New English comme le tonitruant Zombie Walk.

Toujours aussi agréable d'entendre les voix atmosphériques du duo Eli et Fur. On le sait, les têtes d'affiche à IleSoniq sont nombreuses et les festivaliers en ont par-dessus la tête. Certains ont opté pour les remix éclectiques du Texan Medasin, tandis que d'autres se sont rués sur les propositions danse music du Californien Illenium.

Le producteur Tanner Petulla, mieux connu sous son nom de scène, Getter, est venu interpréter les titres de son second EP, Wat The Frick, un opus réunissant modulations agressives et tonalités hip-hop. Enfin, Afrojack, un autre artiste très influent de la scène dance électro, s'en est donné à cœur joie sur la scène principale. Considéré comme une «icône mondiale» par le Hollywood Reporter, le DJ touche-à-tout et gagnant d'un Grammy a été le clou de la soirée avec ces gros remix de club tels Diamonds, Gone et l'immanquable Turn Up The Speakers.

VOIR AUSSI: