NOUVELLES

Un journaliste russe condamné à 3,5 ans de prison pour "extrémisme"

Alexandre Sokolov avait été arrêté en juillet 2015.

10/08/2017 09:59 EDT | Actualisé 10/08/2017 10:13 EDT
POOL New / Reuters

Un journaliste du quotidien d'information économique RBK, membre d'un groupe nationaliste russe, a été condamné jeudi à trois ans et demi de prison pour "extrémisme", ont rapporté les agences de presse russes.

Alexandre Sokolov avait été arrêté en juillet 2015 avec deux autres hommes. Ils comparaissaient pour avoir créé un groupuscule nommé "Pour un pouvoir responsable" afin de reprendre les activités d'un autre groupe, L'Armée de la volonté du peuple (AVN), interdit pour "extrémisme" par les autorités en 2010.

Le chef de ce groupuscule, Iouri Moukhine, a écopé d'une peine de quatre ans de prison avec sursis tandis que deux autres hommes, Sergueï Barabach et Valeri Parfionov, ont été condamnés à quatre ans de prison, selon les agences de presse russes.

Leur organisation critiquait la politique du président Vladimir Poutine, dénonçait la corruption en Russie et soutenait les séparatistes prorusses de l'Est de l'Ukraine en conflit avec les forces de Kiev.

Au moment de leur arrestation, le site officiel du groupe proposait de modifier la Constitution par voie de référendum pour créer un tribunal populaire qui pourrait condamner à la prison "le président, les sénateurs et les députés".

Le procès d'Alexandre Sokolov a été dénoncé par de nombreux journalistes russes et par l'organisation Reporters sans frontières, qui a évoqué dans un communiqué un "cas d'école sur la répression de la liberté d'expression en Russie".

Rencontre entre Donald Trump et Vladimir Poutine au sommet du G20

"Alexandre Sokolov a déjà passé deux ans de trop derrière les barreaux! Il doit immédiatement être acquitté et remis en liberté", a déclaré Johann Bihr, responsable du bureau Europe de l'est et Asie centrale de RSF, cité dans ce communiqué publié jeudi.

Alexandre Sokolov travaillait depuis 2013 pour RBK, où il s'était spécialisé sur les affaires politiques et de corruption. Selon RSF, il a été arrêté "uniquement pour ses dérangeantes activités journalistiques".

RBK est un média en pointe sur plusieurs dossiers sensibles comme les "Panama Papers", bien que des questions sur son indépendance interviennent depuis le rachat en juin du journal par l'homme d'affaires Grigori Beriozkine, qui contrôle le tabloïd pro-Kremlin Komsomolskaïa Pravda et l'édition moscovite du gratuit Metro.

En 2007, la Russie a adopté une loi contre l'extrémisme, dénoncée par l'opposition car elle introduit la notion, selon elle trop vague, de crimes pour "des motifs de haine politique et idéologique".

LIRE AUSSI:
» Poutine pose torse nu pour les médias
» Russie: un journaliste se prend un coup de poing en plein direct