NOUVELLES

Un nouveau festival 400 fois moins cher que la Formule E

Et l'ensemble des activités sera gratuite.

09/08/2017 14:54 EDT | Actualisé 09/08/2017 15:10 EDT
100pk

Un nouveau festival mettant en vedette la voiture électrique verra le jour le 19 août prochain, à la TOHU. Organisé par l'Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ), l'événement se veut plus accessible et surtout, avec un budget de 60 000 $, beaucoup moins cher que la Formule E.

Le Festival 100% électrique se donne un but majeur selon son porte-parole Pascal Gosset: trouver des solutions pour permettre l'atteinte des 100 000 voitures électriques que le gouvernement veut voir sur les routes du Québec d'ici 2020. La province en compte actuellement environ 14 400.

«Notre but est d'agrandir le bassin de gens intéressés par la voiture électrique. Jusqu'ici, le marketing a beaucoup été axé vers un public masculin, comme la course de Formule E par exemple. On veut intéresser un public féminin, entre autres», affirme-t-il.

Entièrement gratuit

Doté d'un budget de 60 000 $, le festival permettra aux curieux de tester des voitures et des vélos électriques. Les organisateurs souhaitent d'ailleurs rassembler environ 500 véhicules branchables pour battre le record du plus grand rassemblement de ce genre au Canada.

Il y aura également des conférences et des ateliers de fabrication artisanale. À cela s'ajoutent des activités pour enfants et une programmation culturelle qui comprend des performances de Carpe Diem et du Cirque Antique.

L'ensemble des activités sera gratuite.

«À la Formule E, il fallait payer ou bien se faire inviter pour y participer. Le Festival veut faire quelque chose de beaucoup plus ouvert», affirme pour sa part l'ex-ministre de l'Environnement sous le gouvernement Marois, Daniel Breton.

M. Breton a été invité par l'AVEQ pour donner une présentation sur l'évolution de la mobilité électrique au Québec.

Rappelons que la Formule E a coûté 24 millions $ à la Ville de Montréal, notamment pour refaire les rues Viger et René-Lévesque pour accueillir la course en milieu urbain. Le Festival 100% électrique n'a pas fait de demande de subvention à la Ville. Son budget est assuré par une subvention gouvernementale ainsi que par des dons d'Hydro-Québec et de partenaires privés.

Selon Pascal Gosset, l'AVEQ compte quadrupler la taille et le budget de l'événement l'an prochain. Une demande de subvention sera alors faite à la Ville, mais le budget total demeurera sous la barre des 200 000 $.

Notons que l'AVEQ envisage de tenir son événement à l'intérieur du cadre de la Formule E pour les prochaines éditions.

Le HuffPost Québec a tenté d'obtenir un commentaire du maire Denis Coderre concernant le Festival 100% électrique, mais notre demande est restée sans réponse.

L'offre de véhicules serait défaillante

Selon l'ex-ministre Daniel Breton, les constructeurs automobiles et les concessionnaires sont les principaux obstacles à l'atteinte de l'objectif de 100 000 voitures électriques au Québec.

«Quand j'étais ministre, j'ai vérifié s'il y avait des voitures électriques en magasin chez les concessionnaires. Dans bien des cas, il n'y en a pas. On ne peut même pas faire l'essai d'une voiture électrique, il faut la commander d'avance. Alors c'est certain que ça va refroidir un acheteur potentiel», affirme M. Breton.

Selon une étude publiée en 2014 par l'organisme ontarien Plug'N Drive, environ 38% des revendeurs de véhicules électriques du Canada n'avaient aucun modèle électrique sur le plancher des ventes. Parmi ceux qui en avaient, certains ne permettaient pas les essais routiers.

LIRE AUSSI:
» Formule E: l'agence de Kate Upton refuse de dire qui a payé
» Un succès «hors de toute attente», assure le maire Coderre
» L'ARTM compte payer le coût du métro gratuit

M. Breton, un écologiste chevronné qui conduit une Prius depuis 15 ans, croit que les constructeurs et les concessionnaires sont en guerre contre la loi sur les véhicules zéro émissions et les deux projets de règlement qui viendront bientôt la compléter.

Ces trois textes légaux instaurent une série de normes visant à accroître les parts de marché des véhicules électriques et hybrides. Ils imposent notamment des quotas concernant le nombre de véhicules électriques qui doivent être construits. Ces quotas augmenteront chaque année.

«La demande, au Québec, elle est là!, lance l'ex-ministre. J'ai parlé à un concessionnaire récemment, il m'a dit qu'il avait quelques Golf électriques à vendre. Il les a vendus tout de suite, mais le constructeur lui a dit qu'il devra attendre des mois avant d'en recevoir d'autres.»

La loi a été adoptée en 2016 et ne vise que les constructeurs. Les deux projets de règlement sont présentement en période de consultations publiques. Ces consultations prendront fin le 19 août, coïncidant ainsi avec le Festival 100% électrique.

Voir aussi: