NOUVELLES

Des édifices plus hauts dans le Village, malgré des avis contraires

Cohérence ou brèche dans le paysage urbanistique du Village?

10/08/2017 05:12 EDT | Actualisé 10/08/2017 05:12 EDT
Olivier Robichaud

La Ville de Montréal va de l'avant avec un changement de zonage permettant la construction d'immeubles de 35 mètres de hauteur dans la portion la plus à l'est du Village gai, afin de permettre la construction du projet Le Bourbon. L'OCPM avait plutôt recommandé un zonage particulier seulement pour le terrain en question.

Selon la résolution adoptée mercredi par le comité exécutif de la Ville, le secteur concerné est la rue Sainte-Catherine entre la rue Alexandre-DeSève et l'avenue Papineau. Le seul édifice de cette taille présentement est le complexe de TVA, qui possède un droit acquis. Les autres édifices mesurent 16 mètres ou moins.

L'Office de consultation publique de Montréal (OCPM) a approuvé en juin le projet Le Bourbon, un projet résidentiel comprenant des commerces au premier étage, mais recommandait que le changement de zonage soit limité à l'îlot où se trouvera l'édifice, en face de TVA. Richard Bergeron, conseiller municipal et membre du comité exécutif, rejette cette option.

«On ne pense pas que c'est approprié. Cela revient à faire du spot zoning, ce qui n'est pas pratique souhaitable en urbanisme», a-t-il affirmé lors de la réunion du comité exécutif.

M. Bergeron, lui-même urbaniste, estime que le changement assurera une plus grande «cohérence» de la rue Sainte-Catherine puisque des édifices plus élevés existent déjà à l'est du secteur concerné.

Le Comité Jacques-Viger (CJV), organe consultatif de la Ville en matière d'urbanisme, estime plutôt que la Ville crée une «brèche» dans le paysage urbanistique du Village en changeant les limites de hauteur. Il s'est prononcé contre ce changement.

Trop grand... et trop petit

Par ailleurs, le changement proposé serait à la fois trop grand pour le projet Le Bourbon et trop petit pour une réelle stratégie de revitalisation du secteur, selon le CJV.

«Le CJV déplore ainsi la présentation d'un projet ponctuel s'apparentant à un rezonage parcellaire sans justification d'intégration au milieu environnant. Situé à proximité d'une station de métro et au cœur du Village gai, le secteur mériterait une planification d'ensemble qui permettrait de dégager une vision cohérente», lit-on dans le rapport déposé pendant les consultations publiques.

La Société de développement commercial du Village, favorable au projet, a aussi manifesté son «incompréhension» face à la possibilité d'augmenter la hauteur maximale dans le reste du secteur visé. Le Comité de logement Ville-Marie s'est carrément opposé au projet Le Bourbon et au changement de zonage.

Développement de la «cité des ondes»

Selon les documents déposés au comité exécutif, le changement de zonage permettra de régulariser la situation du complexe TVA et ainsi «reconnaître la présence de l'industrie des télécommunications dans le quartier».

«En effet, la cité des ondes, qui comprend également la future maison de Radio-Canada, le nouvel emplacement de Télé-Québec et les bureaux de CTV, tend à se concentrer de façon plus importante dans le secteur créant ainsi un pôle de télécommunication structurant pour Montréal», poursuit le document.

Seul le complexe TVA borde la rue Sainte-Catherine, mais les autres édifices mentionnés se trouvent à l'intérieur d'un rayon de 600 mètres du secteur visé par les changements, vers le sud et vers l'est.

Le Comité Jacques-Viger déplore toutefois l'absence d'une stratégie claire pour le secteur.

Selon le cabinet du maire, il n'existe pas actuellement de règles pour favoriser l'implantation d'institutions ou d'entreprises de télécommunication sur la rue Sainte-Catherine.

Selon Richard Bergeron, la modification des hauteurs serait tout de même un «incitatif» pour développer les autres lots.

Le Bourbon pour revitaliser le secteur

MSC Investissement
Le site choisi pour Le Bourbon est occupé par des espaces commerciaux vacants.

Outre le changement de zonage, le projet Le Bourbon lui-même a été favorablement accueilli par de nombreux intervenants, y compris la SDC du Village, l'opposition officielle et le Comité consultatif d'urbanisme. Ceux-ci avaient suggéré des changements architecturaux pour éviter une cassure trop importante avec le reste de l'artère commerciale. Selon les documents de la Ville, le projet a été modifié en conséquence.

Sur le site choisi, Le Bourbon prévoit le remplacement des immeubles commerciaux vacants par un immeuble comprenant des commerces, 82 logements et 74 places de stationnement souterrains. Le promoteur a offert de réserver le second étage aux organismes communautaires desservant le Village et des discussions ont eu lieu avec le Centre communautaire LGBT+ de Montréal.

Le Centre communautaire estime toutefois que le site ne rencontre pas ses besoins. Il s'est dissocié du projet, craignant notamment d'être utilisé pour du pinkwashing et d'être «instrumentalisé pour l'obtention d'une dérogation de zonage sans que cette dérogation ne fasse l'objet d'une compensation juste, équitable et durable».

Le projet Le Bourbon fait l'objet d'un processus d'évaluation parallèle au changement de zonage. Il doit toujours être approuvé dans sa forme finale par le conseil d'arrondissement de Ville-Marie.

LIRE AUSSI:
» Remplacement du Bourbon: un manque cruel de vision (BLOGUE)