NOUVELLES

Un journaliste turco-suédois critique d'Erdogan arrêté en Espagne sur mandat turc

Une menace à la liberté de presse

08/08/2017 15:23 EDT | Actualisé 08/08/2017 15:24 EDT
Murad Sezer / Reuters

La Suède a annoncé mardi qu'elle apportait de l'aide à un journaliste turco-suédois détenu en Espagne sur mandat d'arrêt international délivré par Ankara, dans un contexte d'inquiétude sur la liberté de la presse en Turquie.

Hamza Yalcin, journaliste critique à l'égard du régime d'Ankara, a été arrêté le 3 août à l'aéroport El Prat de Barcelone et il est détenu le temps qu'un tribunal décide s'il doit être extradé ou non, a expliqué la police espagnole à l'AFP.

Selon Reporter sans frontière (RSF), la Turquie l'accuse de "terrorisme".

"Le ministère des Affaires étrangères a demandé à être autorisé à rendre visite au citoyen suédois détenu à Barcelone, en Espagne", a déclaré la ministre des Affaires étrangères suédoise Margot Wallström.

"Le ministère des Affaires étrangères s'est assuré qu'il a un avocat et s'emploie à éclaircir les accusations".

Selon RSF, le mandat d'arrêt est une tentative "pour réduire au silence toute critique du régime turc", que les militants accusent de détenir des dizaines de journalistes dans le cadre de l'état d'urgence décrété après la tentative de putsch l'année dernière.

Selon l'organisation, Yalcin vivait depuis 1984 en exil en Suède, où il écrivait pour le magazine en ligne Odak Dergisi, très critique avec le régime d'Ankara.

Jonathan Lundqvist, à la tête de l'antenne de RSF en Suède, a critiqué cette arrestation, tentative selon lui du président Recep Tayyip Erdogan "d'étendre son pouvoir au-delà des frontières du pays".

"Il veut montrer qu'il peut s'en prendre aux personnes critiques même si elles ne sont pas dans le pays. C'est un abus de la coopération internationale entre les polices, qui risque d'avoir des conséquences majeures", a-t-il jugé dans une déclaration.

Cette arrestation survient alors que les inquiétudes concernant la liberté de la presse dans la Turquie d'Erdogan grandissent, des journalistes étant aussi ciblés par la répression.

La Turquie occupe la 155e place sur 180 au classement 2017 de la liberté de la presse établi par RSF.

Selon le site P24, spécialisé dans la liberté de la presse, 166 journalistes sont détenus en Turquie, dont la majorité dans le cadre de l'état d'urgence décrété après la tentative de putsch.

La police investit un grand quotidien hostile à Erdogan