NOUVELLES

Des chercheurs découvrent un fossile vieux de 500 millions d'années au Canada

Le Capinatator mesurait environ 10 centimètres de long et possédait 25 épines de chaque côté de sa tête.

04/08/2017 09:58 EDT | Actualisé 04/08/2017 10:04 EDT

Des chercheurs du Musée royal de l'Ontario et de l'Université Yale ont découvert un fossile d'un ver à tête épineuse qui, croient-ils, aurait terrorisé les autres créatures ayant nagé dans les anciennes mers.

Selon le conservateur de paléontologie des invertébrés du musée, Jean-Bernard Caron, cette nouvelle espèce aurait été un prédateur efficace et terrifiant aux yeux des plus petites créatures marines vivant à cette époque.

Ce fossile vieux de 500 millions d'années a été baptisé Capinatator praetermissus, ce qui comprend des mots latins référant à «serrer», «nageur» et «négligé».

Royal Ontario Museum/Jean-Bernard Caron

Le Capinatator mesurait environ 10 centimètres de long et possédait 25 épines de chaque côté de sa tête.

Quelque 50 spécimens de cette créature ont été découverts dans les sédiments marins des schistes de Burgess, un site du patrimoine mondial de l'UNESCO situé dans les parcs nationaux de Yoho et de Kootenay, en Colombie-Britannique.

Les schistes de Burgess, découverts il y a plus d'un siècle, sont un riche dépôt de fossiles de certaines des plus anciennes créatures de la Terre datant de l'âge cambrien.

LIRE AUSSI:
» Les plus anciennes formes de vie sur Terre trouvées dans le nord du Québec
» L'Oesia, notre ancêtre qui ressemblait à un pénis
» N'ayez pas peur de ce reptile avec une tête en forme d'aspirateur

Cet emplacement, qui se trouve maintenant dans les hauteurs des Rocheuses, était submergé dans l'eau il y a des centaines de millions d'années.

Les créatures spongieuses semblables à des insectes étaient recouvertes de sédiments, préservant leur corps de façon très détaillée.

Le Capinatator est considéré comme un ancêtre des plus petits vers qu'on voit maintenant en abondance dans le plancton des océans du monde entier. Leurs successeurs sont toutefois plus petits et possèdent moins d'épines autour de leur tête que les spécimens fossiles.

Selon Derek Briggs, l'auteur principal d'une étude publiée jeudi dans le journal «Current Biology», cette découverte offre des indices sur l'évolution de cet ancien écosystème.

«Les prédateurs ont tendance à être des éléments clés dans le développement de la structure des communautés marines, de par leur façon d'évoluer pour capturer des proies et de par la façon dont les proies ont évolué afin d'éviter d'être capturées», a affirmé M. Briggs.

«En ce sens, ils indiquent que ces interactions entre le prédateur et la proie étaient importantes à l'âge cambrien.»

Voir aussi: