DIVERTISSEMENT

Osheaga 2017 : une vingtaine de suggestions de spectacles à voir

Il y aura encore une fois de très bonnes performances à entendre pendant trois jours!

03/08/2017 18:01 EDT | Actualisé 04/08/2017 08:38 EDT

Certes, les billets ne sont pas tous vendus cette année. En effet, une entrée peut s'avérer un peu dispendieuse. Eh oui, le site déjà pas mal apprécié du parc Jean-Drapeau doit se faire peau neuve et laisser sa place à un autre lieu jusqu'en 2018, inclusivement. Bien entendu, certaines figures de la musique reviennent encore au festival d'art et de musique Osheaga, à Montréal. Évidemment, certains sont davantage là pour se péter la face et se péter l'égo que pour se péter un bon trip de musique. Qu'à cela ne tienne, il y aura encore une fois de très bonnes performances à entendre et à voir en ces trois jours d'événement, pour ceux que ça intéresse.

Environ 130 artistes et groupes monteront sur l'une des six scènes extérieures du festival, de vendredi à dimanche. Les têtes d'affiche sont Lorde, Muse et The Weeknd. Outre ces grosses pointures, plusieurs propositions méritent une attention. Voici d'ailleurs quelques suggestions.

Vendredi 4 août

Vulvets - scène des Arbres - 13 h 15

Cette formation entièrement québécoise est formée de Dorothée Parent-Roy, d'Isabelle LaTerreur Ouimet, de Marie-Claire Cronier et de Marie-Ève Bouchard. Des fondations de rock garage, une instrumentation remplie de guitares et des histoires en français.

Andy Shauf - scène des Arbres - 14 h 30

Le multiinstrumentiste et auteur-compositeur-interprète anglophone canadien a créé un superbe troisième album titré The Party, qui a réjoui énormément de mélomanes et de critiques. Il mélange merveilleusement bien la pop et le folk délicat. À parier qu'il aura de nouvelles compositions à Osheaga. Veuillez lire une entrevue faite avec lui, en décembre 2016.

Angel Olsen - scène de la Rivière - 14 h 45

L'Américaine Angel Olsen est difficile à catégoriser. Folk, pop, lo-fi, rock, indie ? On ne saurait trop dire, mais chose certaine sa très belle voix a convaincu de nombreuses personnes au cours des dernières années, autant sur l'album My Woman qu'avec Burn Your Fire For No Witness.

BadBadNotGood – scène Verte – 14 h 45

Les Torontois reviennent à Montréal avec IV (2016), un album mélangeant le jazz et le rock psychédélique sur lequel ont notamment collaboré Kaytranada, Sam Herring (le leader de Future Islands) et Charlotte Day Wilson. Ils sont pas mal toujours bons. Le groupe joue en même temps que Angel Olsen. Eh. Un choix s'impose. Ou un peu des deux ? Voici la critique d'un concert du groupe livré au Métropolis en 2015.

De la Soul - scène Verte - 16 h 10

Le vieux trio de hip-hop alternatif new-yorkais (aux influences jazz et R'n'B) a sorti en 1989 une sorte de monument du genre musical, 3 Feet High and Rising. Près de trente ans plus tard, les gars sont toujours de la partie. L'an passé, ils ont offert un huitième album studio intitulé and the Anonymous Nobody..., qui a été bien accueilli.

Car Seat Headrest - scène Verte -17 h 40

On pourrait choisir Belle and Sebastian ou Milky Chance, qui se produiront sur scène en même temps. C'est quand même pas mal ça aussi. Cela dit, nous proposons le groupe rock du jeune chanteur Will Toledo, de la Virginie (qui habite Seattle depuis trois ans). Celui-ci compose de la musique énergique et écrit des paroles aux thèmes généralement jalousés par la jeunesse : l'amour, la liberté, la mort, la dépression, la fête... Toledo est entouré d'un bassiste et d'un batteur.

Lorde - scène de la Rivière - 21 h 45

On a cru pendant un moment que la jeune Néo-Zélandaise était une artiste d'un seul succès, l'intuable Royals. Nenni. Elle a une belle variété de chansons. D'ailleurs, elle avait fait excellente impression à Osheaga, en 2014. Cette fois, elle sera sur la plus grande scène du festival pour clôre la première journée. Évidemment, on devrait entendre les morceaux de son nouveau disque Melodrama, paru en juin.

Samedi 5 août

Heat, scène de la Rivière - 13 h 30

Le groupe montréalais anglophone fait du rock qui rappelle d'excellentes formations du passé : Velvet Underground, The Jesus and Mary Chain, Oasis... Et même le groupe new-yorkais The Strokes, toujours actif. La voix grave de Susil Charma est très efficace, tout comme les autres instruments de Matthew Fiorentino et Raphaël Bussières. Seul bémol, leur performance scénique est un peu statique. Peut-être que les gars (surtout le chanteur) se sont dégourdis depuis les quatre concerts que nous avons vus. Voici une entrevue faite avec le chanteur en 2014.

Temples, scène de la vallée - 15 h 25

Plusieurs opteront à la même heure pour l'inventive et dynamique chanteuse française Jain, ce qui n'est pas un mauvais choix. De notre côté, ce sera plutôt les sonorités rock du jeune groupe britannique Temples, que nous avons déjà vus à Osheaga et plus récemment au Fairmount. Le disque Sun Structures (2014) avait ravi beaucoup de monde. Le quatuor proposera cette fois des chansons de son plus récent album Volcano, un second long jeu «plus direct» et «plus moderne», selon le chanteur, parolier et guitariste James Edward Bagshaw.

Liam Gallagher - scène de la Montagne - 16 h 55

Il est vrai qu'il n'arrête pas de se plaindre et de casser les couilles de bien des gens, mais Liam Gallagher (le chanteur du cultissime duo britannique Oasis, complété par son frère guitariste Noel) n'en demeure pas moins un artiste incontournable du rock planétaire. D'ailleurs, il va faire paraître un nouvel album intitulé As You Were, en octobre. L'extrait Wall Of Glass, sorti au printemps, est réussi. Est-ce qu'il peut se tirer d'affaire sans son frérot ? On verra bien, mais ça promet.

Cage the Elephant, scène de la Rivière - 17 h 40

Récipiendaire du prix du meilleur album rock (Tell Me I'm Pretty) au gala des Grammy en 2016, le groupe américain Cage The Elephant est un choix avisé pour cette programmation d'Osheaga. Il propose un savoureux mélange rock aux influences garage, psychédélique et bluesy vraiment bien fait.

Solange, scène de la Rivière 19 h 20

La petite sœur de Beyoncé attire énormément l'attention depuis quelque temps. Le nom de Solange Knowles est sur toutes les lèvres, surtout depuis la parution de son son inspiré troisième disque, A Seat at the Table (2016).

(MISE À JOUR: La direction du festival a malheureusement annoncé vendredi matin que Solange ne pourra offrir son concert prévu ce week-end.)

Muse, scène de la Rivière - 21 h 20

Muse sera de toute évidence l'un des quelques incontournables de l'offrande festivalière 2017. Leur concert obtient très souvent de bonnes critiques. Le groupe de rock britannique, qui à beaucoup de millage au compteur, dispose de plusieurs succès à partager à l'audience. Leur performance scénique rigoureuse est bonifiée par une mise en scène impressionnante. Dans la lignée de Radiohead et The Smashing Punmpkins.

Dimanche 6 août

The Districts, scène Verte - 14 h 45

La formation The Districts a été formée en 2009, en Pennsylvanie. Ils ont deux longs jeux a leur actif. Le plus récent, A Flourish and a Spoil, est paru en 2015. Ce sera notre première rencontre avec le groupe, qui donne, semble-t-il, un bon spectacle. Les responsables de la programmation qualifient son rock'n'roll de «viscéral et explosif». En ajoutant a cela des déclinaisons de blues et de folk, ça devrait donner quelque chose de cool.

The Lemon Twigs - scène des Arbres - 17 h 15

Cette paire américaine composée de deux frères, les sensations Brian et Michael D'Addario, mélange mélodies et orchestrations raffinées. Leur pop rock a charmé plusieurs médias influents, dont NPR, Brooklyn Vegan et The Guardian.

Run the Jewels (RTJ) – scène de la Rivière - 17 h 40

Ce duo de rap américain composé de Killer Mike et d'El-P a déjà offert trois disques depuis 2013. Le disque Run the Jewels 3 (décembre 2016) est considéré par Pitchfork comme une excellente proposition. Impossible de ne pas se faire entraîner par les rythmes et les interprétations efficaces des deux rappeurs...

Foxygen – scène Verte – 19 h 20

Le duo californien de rock psychédélique Foxygen est un autre chouchou de la critique. Là où bien des groupes rock ont tendance à museler leur audace et à étouffer leur imagination, Foxygen prend le relais. Les gars ont déjà osé beaucoup de choses en studio et sur les planches. Bien que parfois inégal, le travail de Foxygen est tout sauf ordinaire.

Alabama Shakes, scène de la Montagne - 20 h 20

Ce groupe est du bonbon. Composé de Brittany Howard (voix et guitare), Heath Fogg (guitare), Zac Cockrell (basse) et Steve Johnson (batterie), Alabama Shakes fait dans les couleurs rock, blues et soul. En plus, la chanteuse est une bombe (vocalement). À ne pas manquer.

The Weeknd, scène de la Rivière - 21 h 20

L'auteur-compositeur-interprète et producteur Abel Tesfaye, alias The Weeknd, est tout simplement partout. L'artiste peut même se targuer d'être la «vraie» coqueluche musicale torontoise, au détriment du très très populaire rappeur Drake. Bref, disons qu'il y a matière à débat. The Weeknd est déjà venu plusieurs fois à Montréal. Son plus récent spectacle remonte au 13 juin, au Centre Bell. Il paraît que The Weeknd a mis toute la gomme pour la mise en scène de son nouveau concert...

Death From Above 1979 – scène Verte – 21 h 20

Parce que ce duo indépendant de Toronto, formé en 2001, séparé en 2006, et reformé en 2011, est le meilleur buzz possible pour finir en beauté Osheaga 2017. Rock, punk, dance, noise...Yeah.

Pour connaître la programmation complète, c'est ici.

LIRE AUSSI:
» Osheaga fait peau neuve
» 10 choses à savoir sur le nouveau site d'Osheaga 2017
» Retour sur les plus beaux looks d'Osheaga 2016

so