NOUVELLES

Donald Trump fils aurait fait une fausse déclaration à la demande de son père

Cette histoire concerne la rencontre entre Trump fils et l’avocate russe Natalia Vesselnitskaïa.

01/08/2017 10:14 EDT | Actualisé 01/08/2017 10:19 EDT
Brian Snyder / Reuters

Donald Trump aurait forcé son fils, Donald Trump Jr., à faire une fausse déclaration dans le scandale entourant l'ingérence russe, selon ce que rapporte le Washington Post.

Lorsque le New York Times a dévoilé la rencontre entre Trump fils et l'avocate russe Natalia Vesselnitskaïa, le fils du président américain a déclaré que la campagne présidentielle n'avait pas été évoquée lors de cette rencontre. À ce moment, la Russe affirmait avoir en sa possession des informations compromettantes concernant la candidate démocrate Hillary Clinton.

Cette rencontre avait eu lieu dans ses bureaux, en compagnie du gendre de l'actuel président, Jared Kushner, et de son directeur de campagne, Paul Manafort.

Pour justifier cette rencontre, Trump fils avait alors révélé qu'elle avait porté sur un programme d'adoption d'enfants russes. Ce serait absolument faux et ce serait Donald Trump, même si ses conseillers prônaient une approche transparente, qui aurait inventé cette histoire selon le Washington Post.

Il l'aurait fait alors qu'il se trouvait à bord d'Air Force one, de retour du sommet du G20 qui s'est tenu les 7 et 8 juillet à Hambourg (Allemagne).

Citant des personnes liées à cette affaire, le Post affirme que l'équipe de juristes du président a voulu présenter cette rencontre comme un piège tendu par les démocrates pour piéger Trump Jr. et le président en personne, qui était à cette époque-là candidat à la présidentielle.

D'autres détails sur la rencontre ont par la suite été révélés par des médias, ce qui a placé Trump fils dans une bien mauvaise position.

Il a par la suite dû révéler la vraie raison de sa rencontre avec Mme Vesselnitskaïa, soit d'obtenir des informations pour aider son père dans la campagne présidentielle.

Le Post affirme que les conseillers du président redoutent désormais que l'implication directe de Donald Trump, dans la déclaration de son fils, puisse le mettre dans une position juridique dangereuse.

«C'était... inutile», a déclaré au Post un conseiller du président sous couvert d'anonymat.

«Il ne pense pas que c'est dangereux sur un plan juridique, il voit ça comme un problème politique qu'il doit résoudre lui-même», a affirmé la même source.

LIRE AUSSI:
»
Ingérence russe: Trump peste contre le Washington Post
» La Russie passe à la riposte face aux sanctions américaines
» Les six premiers mois au pouvoir de Trump: impopularité et collusion

VOIR AUSSI: