BIEN-ÊTRE

Les pères sont plus susceptibles de donner de la nourriture moins saine à leurs enfants que les mères

Et cela peut mettre beaucoup de pression sur ces dernières.

31/07/2017 18:42 EDT | Actualisé 31/07/2017 18:42 EDT

Même si de plus en plus de papas choisissent de rester à la maison pour prendre soin de leurs enfants pendant que leur partenaire travaille, une nouvelle recherche montre qu'ils ne font toujours pas autant de repas que les mamans, et que les mets qu'ils servent ont tendance à être moins santé.

Et cela peut mettre beaucoup de pression sur les mères.

Dans une petite étude publiée dans le journal Science Direct, une équipe a tenté de prouver que les pères ne sont pas toujours axés sur le besoin de servir des repas santé et équilibrés à leurs enfants.

Hero Images

Les chercheurs se sont servis de 109 longues entrevues réalisées avec plus de 40 familles de San Francisco qui étaient de classe moyenne à élevée.

Ils ont remarqué que les habitudes alimentaires de presque tous les papas n'étaient pas aussi saines que celles des mamans.

L'auteure de l'étude Priya Fielding-Singh, une doctorante en sociologue à l'université Stanford en Californie, a indiqué qu'elle n'était pas surprise que les pères fassent moins de tâches ménagères — comme la préparation des repas — que les mères.

Cependant, elle a trouvé surprenant que le manque d'implication des pères dans l'alimentation de leur famille ait un effet sur les mères.

« Plusieurs papas sont moins investis quant aux priorités en matière d'alimentation auxquelles les mamans tiennent chèrement », ce qui peut amener les mères à faire plus de travail, ce qui peut augmenter leur niveau de stress, a expliqué Fielding-Singh à Live Science.

Hemant Mehta via Getty Images

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l'anglais.

LIRE AUSSI:
» Des photos vraies et honnêtes de la maternité les deux premières années
» 31 photos d'enfants qui ont mis leur maison sens dessus dessous
» Guide alimentaire canadien : vers un changement de perspective