NOUVELLES

Le «roi des pharmacies» radié pour près de 32 ans

Il s’agit de l’une des peines les plus sévères jamais imposées par le Conseil de discipline de l’Ordre des pharmaciens.

31/07/2017 19:16 EDT | Actualisé 31/07/2017 19:16 EDT
Getty Images/Caiaimage

Jonathan-Yan Perreault, surnommé le « roi des pharmacies », n'exercera vraisemblablement plus jamais cette profession.

Un texte d'Alain Rochefort

M. Perreault est officiellement radié de l'Ordre des pharmaciens du Québec pour une période de 31 ans et 9 mois, en vertu d'une décision rendue le 19 juillet dernier. Il doit également s'acquitter d'amendes totalisant 142 000 dollars.

Il s'agit de l'une des peines les plus sévères jamais imposées par le Conseil de discipline de l'Ordre des pharmaciens. Cela signifie que le « roi des pharmacies » aura 70 ans lorsqu'il sera autorisé à pratiquer de nouveau.

En somme, Jonathan-Yan-Perreault est déclaré coupable de 60 chefs d'infraction. Il avait déjà plaidé coupable pour l'ensemble des accusations le 23 mars 2017.

Une longue liste

La liste des gestes qui lui sont reprochés entre 2005 et 2016 est longue : vente de médicaments périmés, production de fausses ordonnances, offre de ristournes illégales, réclamations illégales estimées à 174 000 dollars à la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) et pratique du métier de pharmacien sous l'effet de substances psychotropes ne sont que quelques exemples.

Jonathan-Yan Perreault est aussi reconnu coupable d'avoir acheté des pharmacies sous des prête-noms. En une dizaine d'années, il en avait acquis une quarantaine sous la bannière Uniprix dans plusieurs régions de la province. Il avait des actions dans une dizaine de pharmacies de la grande région de Québec.

L'ex-pharmacien a également reconnu avoir « falsifié, dès son accès à la profession, sa fiche d'inscription et son rapport de stage en imitant la signature de son maître de stage et en écrivant lui-même le contenu d'évaluation ».

« Fort de la preuve soumise, le Conseil de discipline est d'opinion que les actes reprochés sont extrêmement graves et se situent au cœur même de l'exercice de la profession. [...] Ainsi, la conduite de [Jonathan-Yan Perreault] porte ombrage à l'ensemble de la profession », peut-on lire dans la décision.

La maison de Simon Gagné

Au plus fort de sa carrière, Jonathan-Yan Perreault s'est procuré la maison de l'ex-hockeyeur professionnel, Simon Gagné. Ce dernier demandait 4 millions de dollars lors de la mise en vente de la propriété de Lac-Beauport en 2013.

Bien que représenté, Jonathan-Yan Perreault ne s'est pas déplacé devant le Conseil de discipline lors des auditions du 3, 22 et 23 mars derniers.

Les ex-associés de Jonathan-Yan Perreault n'ont pas souhaité commenter sa radiation.

LIRE AUSSI:
» Le procès de Shkreli, «le plus détesté» des Américains, s'ouvre à New York
» Le pharmacien Jean-Yves Dionne répond aux affirmations du Pharmachien Olivier Bernard
» Québec et les pharmaciens concluent une trêve