DIVERTISSEMENT

HBO déclare la guerre aux pirates de «Game of Thrones», mais peut-elle vraiment la gagner?

La chaîne s'adresse aux fournisseurs internet des pirates.

31/07/2017 05:48 EDT | Actualisé 31/07/2017 05:49 EDT
HBO

La septième saison de Game of Thrones a commencé voilà seulement deux semaines, et HBO est déjà repartie à la chasse aux internautes qui téléchargent illégalement la série. Toutefois, une telle traque devient de plus en plus compliquée à mettre en œuvre.

D'après un texte de Sophia Harris (CBC)

Selon TorrentFreak, un site de nouvelles qui s'intéresse de près aux questions de piratage, HBO s'attaque aux personnes suspectées de télécharger illégalement sa série phare en envoyant des lettres à leur fournisseur Internet. La chaîne américaine demande à celui-ci d'avertir son client qu'il s'est mal comporté et qu'il doit cesser d'agir ainsi.

Le message encourage également le fournisseur d'informer son abonné que « les programmes de HBO peuvent facilement être regardés légalement en ajoutant HBO dans son bouquet de chaînes de télévision ».

Un abonnement jugé trop coûteux

La chaîne câblée avait déjà donné les mêmes conseils aux pirates l'an passé, suscitant la colère de beaucoup d'admirateurs canadiens de Game of Thrones. Ces derniers mettent de l'avant que les nouveaux épisodes sont uniquement offerts s'ils prennent un abonnement télé à prix particulièrement élevé.

« Ce n'est pas viable pour moi de dépenser 150 $ pour HBO », indique par exemple Josh Randell, qui vit à Corner Brook, à Terre-Neuve-et-Labrador. L'année dernière, il a reçu deux lettres lui demandant d'arrêter de télécharger la série. Dans le même temps, on l'informait qu'il n'avait jamais été aussi facile de suivre, en toute légalité, les aventures de Jon Snow, Cersei Lannister et Daenerys Targaryen.

« Si ça n'a jamais été aussi facile, alors pourquoi on ne me facilite pas la vie pour l'avoir ? » répond Josh Randell. Accro à Game of Thrones, il serait d'accord pour payer les 14,99 $ que coûte HBO Now, un service de diffusion en continu qui donne notamment un accès complet à la fiction basée sur les livres de George R.R. Martin. Cependant, l'offre est uniquement accessible aux États-Unis.

Malgré les lettres d'avertissement, le Terre-Neuvien continue de télécharger illégalement Game of Thrones. Il est loin d'être le seul : selon MUSO, une entreprise britannique surveillant les activités de piratage, le premier épisode de la septième saison aurait été obtenu de manière frauduleuse 91,74 millions de fois.

LIRE AUSSI:
» Cette phrase d'Arya Stark qui fait écho à la saison 1 n'est pas anodine
» Un bar Game of Thrones a ouvert!
» Cette référence à «Harry Potter» n'est pas passée inaperçue

Les boîtes Android changent la donne

Dans près de 85 % des cas, cet épisode aurait été visionné en lecture en continu (streaming) et non à partir du téléchargement d'un fichier. « C'est désormais plus pratique de le faire ainsi, car la technologie s'est améliorée. Des appareils comme les boîtes Android facilitent les choses pour le consommateur moyen », souligne Dan Deeth, de Sandvine, une entreprise ontarienne spécialisée dans le haut débit.

Cet outil, souvent présenté par ceux qui le commercialisent comme la solution pour avoir « la télévision gratuitement », coûte 100 $. Une fois qu'il est connecté à un téléviseur, il permet d'obtenir une vaste sélection de films et séries piratés, dont Game of Thrones. « C'est aussi facile que Netflix », ajoute Dan Deeth.

Par ailleurs, une telle évolution complique la vie des réseaux de télévision qui, comme HBO, font la chasse aux pirates. Le téléchargement illégal est public, ce qui permet d'agir pour connaître le fournisseur Internet utilisé par l'internaute et d'envoyer des lettres. En revanche, il s'avère bien plus ardu de contrecarrer la lecture en continu non autorisée, dont le contenu est souvent crypté.

Il est impossible de dire ce que contiennent les fichiers, et qui partage quoi. Tout cela est anonyme.

Dan Deeth, à propos de la lecture en continu illégale

Le spécialiste suggère que rendre les services légaux plus abordables constituerait la meilleure solution pour tout le monde. « Si vous donnez aux gens ce qu'ils veulent à un prix qu'ils estiment approprié, ils paieront », indique-t-il. L'amateur de Game of Thrones Josh Randell partage cet avis : « Les créateurs méritent leur argent, mais je veux payer pour le contenu que je souhaite, et non pour ce contenu avec en plus tout un tas de trucs inutiles. »

Bell Media détient actuellement les droits pour la diffusion des fictions de HBO au Canada. Interrogé par CBC News, le porte-parole réseau se contente pour l'heure de conseiller aux fanatiques de Game of Thrones de s'abonner à HBO Canada. De son côté, la chaîne américaine n'a pas souhaité évoquer sa stratégie antipiratage, jugeant que cela serait « contreproductif ».

Voir aussi: