NOUVELLES

Comprenez comment se forment les bouchons sur l'autoroute grâce à ce simulateur

Même quand il n'y a pas d'accident ou de problèmes, il suffit que la vitesse soit trop élevée pour qu'un embouteillage se créé.

29/07/2017 11:17 EDT | Actualisé 29/07/2017 11:17 EDT

TRANSPORTS - Qui dit grands départs en vacances dit grands bouchons sur l'autoroute. En ce week-end, les grands serpents de bitumes qui sillonnent le Québec se retrouvent encombrés de dizaines de milliers de voitures. Et inévitablement, cela finit par coincer. Selon Bison Futée, samedi 29 juillet sera l'une des journées les plus difficiles de l'été.

Mais pourquoi, au fait? Si l'on comprend parfaitement qu'un accident puisse créer un gros ralentissement, certains bouchons semblent parfois surgir de nulle part. En fait, leur apparition est logique. Elle est même physique, et plusieurs scientifiques ont déjà réalisé de nombreuses simulations pour les expliquer.

Le chercheur allemand Martin Treiber a lui carrément mis au point un simulateur de trafic que tout un chacun peut ajuster pour se rendre compte des conditions de formation des embouteillages.

Sur trois situations différentes (un circuit fermé, une bretelle d'autoroute et une diminution du nombre de voies), il est possible de voir le comportement des voitures petit à petit, selon des règles statistiques. Des curseurs permettent de changer le nombre de voitures sur la route, le pourcentage de camions, la vitesse, mais aussi l'accélération ou encore la distance entre deux véhicules.

Regardez dans notre vidéo en haut de l'article quelques exemples de formations de bouchons ou amusez vous à créer vos propres simulations pour passer le temps pendant les embouteillages.

Lire aussi :

Pour réduire les bouchons, il suffirait de 5% de voitures autonomes sur les routes

Les embouteillages à Paris sont pénibles? Ces images de Los Angeles font relativiser

La pluie et la neige ont contribué à faire battre un record d'embouteillage en Île-de-France

Cet article apparait dans sa version originale sur le site du HuffPost France.

À voir également sur Le HuffPost: