NOUVELLES

Un cas de profilage racial dans un Canadian Tire de Regina?

Kamao Cappo a été accusé d'avoir volé un article.

28/07/2017 14:13 EDT | Actualisé 28/07/2017 14:14 EDT
Kamao Cappo/Facebook
Kamao Cappo, un homme autochtone, dit avoir été victime de profilage racial dans un Canadian Tire de Regina,

Un Autochtone affirme avoir été victime de profilage racial dans un Canadian Tire de Regina, en Saskatchewan, après avoir été expulsé du magasin de manière musclée par un employé qui l'accusait d'avoir tenté de voler un article.

Kamao Cappo s'était rendu dans le Canadian Tire mercredi avec un ami pour acheter une tronçonneuse. En se dirigeant vers la caisse, il a remarqué un problème avec l'objet.

M. Cappo a donc décidé de passer au comptoir du service à la clientèle, accrochant au passage une canne de lubrifiant pour la chaîne de tronçonneuse et une chaîne supplémentaire, qu'il a ensuite placées dans la boîte de la tronçonneuse pour faciliter leur transport.

Kamao Cappo venait de déposer la boîte au service à la clientèle lorsqu'un autre employé du magasin est arrivé à ses côtés, l'accusant de tentative de vol.

M. Cappo dit avoir expliqué à l'homme qu'il comptait bien acheter les trois items une fois que la vérification du service à la clientèle serait terminée. Or la situation s'est envenimée et l'employé a sommé Kamao Cappo de quitter le magasin avec son ami.

M. Cappo a alors sorti son téléphone et a commencé à filmer la scène en mode « live » sur Facebook. Dans la vidéo, on peut entendre l'employé demander plusieurs fois à Kamao Cappo de quitter le magasin et d'arrêter « de prendre des photos de lui » pendant que M. Cappo répète qu'il n'a rien fait et qu'il n'a pas l'intention de partir.

À un moment donné, les deux hommes en viennent aux mains dans un mouvement initié par l'employé. Ce dernier agrippe M. Cappo et le plaque sur une rangée en l'accusant de l'avoir poussé. Kamao Cappo est ensuite traîné à l'extérieur du magasin.

Un cas de profilage?

La vidéo de l'incident est rapidement devenue virale sur les réseaux sociaux, suscitant de nombreuses réactions dénonçant l'attitude de l'employé et interpellant la bannière.

Le magasin a depuis présenté ses excuses, mais le mal est déjà fait, affirme M. Cappo qui dit avoir été humilié et qui soutient avoir été victime de profilage racial. « Vous vous faites expulser d'un magasin alors que vous n'avez absolument rien fait de mal. Sur le coup, vous peinez vraiment à croire que ça vous arrive », a-t-il raconté.

Si j'avais été Blanc et que j'étais entré dans ce magasin, rien de tout cela ne serait arrivé.Kamao Kappo

« Je savais que la seule façon de répliquer était de filmer l'incident. Si je m'étais obstiné, ça n'aurait rien donné. Si j'avais essayé de réagir comme lui [en le frappant], on m'aurait jeté en prison », a ajouté M. Cappo.

Canadian Tire réagit

CBC a tenté de rejoindre la direction par téléphone, sans succès. La compagnie a toutefois envoyé un courriel dans lequel elle indique s'excuser « [...] sincèrement pour l'expérience qui a eu lieu dans notre magasin et [qu'elle examine] activement tous les faits entourant cette affaire ».

Pas un cas isolé

Depuis la publication de la vidéo de Kamao Cappo, plusieurs Autochtones ont dénoncé le profilage racial qui serait supposément fréquent dans les grands magasins de Regina.

Un groupe de citoyens a d'ailleurs décidé de manifester devant la succursale du Canadian Tire où s'est produite l'altercation impliquant M. Cappo pour dénoncer la discrimination dont ils feraient l'objet.

Brandy Maxie, une jeune fille de la région, fait partie du lot. « Je suis venue dans le but de les dénoncer parce que ce genre de situation se produit trop souvent, partout », explique Mme Maxie qui connaît Kamao Cappo et qui affirme que l'homme de 53 ans est très respecté dans la communauté.

« Je ne suis pas une voleuse, mais pourtant je suis suivie dans chaque magasin, qu'il s'agisse d'un Walmart, d'un Shoppers Drug Mart [Pharmaprix au Québec] ou d'un Canadian Tire », ajoute-t-elle.

CBC/Micki Cowan
Brandy Maxie, une jeune femme de Regina, en Saskatchewan, est venue témoigner son soutien à Kamao Cappo devant la succursale du Canadian Tire dont il a été expulsé.

Il est très fréquent qu'on traite les Autochtones comme des voleurs dans ces magasins. Cela s'inscrit dans le racisme ambiant qui est un vrai problème ici, à Regina.Brandy Maxie

Kamao Cappo a pour sa part décidé de déposer une plainte auprès de la police de la Ville.

« Je sais que ce que [l'employé] a fait est mal. Il n'avait pas le droit de m'accoster comme il l'a fait. Je sais qu'ils font ça à plein d'autres Autochtones et je sais que si je ne fais rien, ils vont penser que c'est correct de continuer », a affirmé M. Cappo en ajoutant qu'il était régulièrement suivi ou épié dans les magasins.

Les policiers ont confirmé qu'ils examinaient la vidéo, mais aucune accusation n'a encore été déposée.

LIRE AUSSI:
» Saskatchewan: Des femmes autochtones ont été stérilisées contre leur gré
» Femmes autochtones: il y a un «mouvement» pour démanteler l'enquête, dit Audette
» Suicides dans les réserves du nord de l'Ontario: les médecins sonnent l'alarme