NOUVELLES

Bébé Charlie Gard, le bambin au coeur d'une bataille juridique, est décédé

Ses parents souhaitaient l'envoyer aux États-Unis pour une thérapie expérimentale.

28/07/2017 17:53 EDT | Actualisé 28/07/2017 17:54 EDT

Le petit Charlie Gard, le bébé de 11 mois qui s'est retrouvé au cœur d'une bataille juridique concernant ses soins de santé, est décédé.

Charlie souffrait d'une rare maladie génétique et ses parents souhaitaient l'envoyer aux États-Unis pour une thérapie expérimentale.

Les médecins de l'hôpital pédiatrique britannique où l'enfant était soigné s'opposaient à ce projet en faisant valoir que le traitement était inutile et ferait souffrir Charlie. L'hôpital souhaitait plutôt interrompre les soins du bébé pour le laisser mourir en paix. L'affaire avait donc atterri devant les tribunaux.

L'histoire avait retenu l'attention du monde après que le président Donald Trump, le pape François et d'autres se furent rangés derrière le couple.

Un juge avait statué jeudi que Charlie devrait être transféré vers un centre de soins palliatifs, où les soins qui le maintenaient en vie seraient interrompus, puisque ses parents et l'hôpital où il était soigné étaient incapables de s'entendre sur la fin de sa vie.

En vertu de la loi britannique, il est courant que les tribunaux tranchent lorsque les parents et les médecins sont en désaccord sur le traitement que devrait recevoir un enfant. Dans de tels cas, les droits de l'enfant passent avant celui des parents de décider de ce qui est le mieux pour leur progéniture, par exemple lorsque les croyances religieuses des parents interdisent les transfusions sanguines.

Les parents de Charlie, Chris Gard et Connie Yates, ont abandonné leur combat lundi lorsque des scans ont montré que les muscles de Charlie s'étaient tellement détériorés que les dommages étaient irréversibles.

"Maman et papa t'aiment tellement Charlie, nous t'avons toujours aimé et nous t'aimerons toujours et nous sommes tellement désolés de n'avoir pu te sauver, ont écrit ses parents lorsqu'ils ont annoncé leur décision. Nous en avions l'occasion, mais on nous a empêchés d'essayer."

"Fais de doux rêves bébé. Dors bien, notre beau petit garçon."

LIRE AUSSI:
» Bébé malade : les parents défendent en justice un traitement expérimental
» Trump offre son aide aux parents d'un bébé britannique gravement malade