POLITIQUE

Reprise de l'enquête publique visant le maire de Brossard

Il aurait utilisé de l'argent de la Ville pour des publicités partisanes.

27/07/2017 07:22 EDT | Actualisé 27/07/2017 07:27 EDT
Radio-Canada

L'enquête publique en déontologie qui vise le maire de Brossard Paul Leduc reprend ce matin à la Commission municipale du Québec. Il lui est reproché d'avoir utilisé de l'argent de la Ville pour des publicités partisanes. Et Paul Leduc n'en a pas fini, puisque les audiences pour une seconde enquête publique débuteront en septembre.

Un texte de Thomas Gerbet

La campagne électorale ne s'annonce pas de tout repos pour Paul Leduc, s'il décide de se représenter à la mairie (annonce qui se fait toujours attendre). La Ville de Brossard est secouée par une véritable crise politique et administrative depuis deux ans.

Les départs d'une dizaine de hauts fonctionnaires se sont succédé en plus de celui du chef de cabinet du maire. Trois conseillers municipaux ont aussi quitté le parti de Paul Leduc pour rejoindre l'opposition.

Les importantes dépenses en relations publiques n'ont pas suffi à masquer la crise.

En juin, le gouvernement du Québec a mandaté un vérificateur pour enquêter sur l'administration de la municipalité. Le rapport est toujours attendu.

LIRE AUSSI:
» Brossard: un candidat dénonce un gaspillage de 7 M$

Il y a quelques jours, le maire a mandaté à son tour une firme pour mener un audit de la gestion municipale afin de prévenir d'éventuels actes de collusion et de corruption. C'est l'ancien animateur de télévision Simon Durivage, aujourd'hui employé de la firme de relations publiques Levesque Stratégies, qui a convaincu le maire de signer ce contrat de 24 999 $.

La Ville avait déjà commandé son propre audit sur le climat organisationnel. Ce rapport de la firme Banks & MacKenzie concluait à un climat de travail toxique où des fonctionnaires vivent de la détresse psychologique en raison des interférences constantes du bureau du maire avec leur travail.

Le 12 septembre prochain, en pleine campagne électorale, le maire Leduc sera de retour devant la Commission municipale du Québec pour une seconde affaire. Il s'agira cette fois de l'achat de meubles italiens luxueux pour son bureau de l'hôtel de ville. Une commande passée par nul autre que la femme du maire. Cette dernière avait, dans le même temps, tenté d'obtenir un poste auprès de la compagnie italienne.

Le maire Leduc minimise la portée de ces enquêtes de la Commission municipale. « Vous savez, il y en a qui sont spécialistes des plaintes. Le mari de mon adversaire [Doreen Assad] a fait une plainte, son spécialiste des communications en a fait une autre. C'est un temps de campagne électorale, chacun ses méthodes. Ça ne m'inquiète pas du tout. »

Paul Leduc est âgé de 80 ans. Il a été élu maire de Brossard pour la première fois en 1990.

LIRE AUSSI:
» Brossard: une plainte «vexatoire» formulée contre une élue
» «L'art fait son nid» : d'hallucinants œufs géants au Quartier Dix30
» Une partie de la Rive-Sud exclue d'un important débat -sur son avenir