NOUVELLES

Le propriétaire de Beauce Carnaval s'explique mal l'accident mortel en Ohio

Il tient à rassurer la population.

27/07/2017 17:21 EDT | Actualisé 27/07/2017 17:22 EDT

Le propriétaire de Beauce Carnaval, Jacques Vallée, s'explique mal l'accident mortel survenu à la Foire de l'État de l'Ohio.

M. Vallée, qui possède un manège similaire à celui qui a fait défaut, tient à rassurer la population.

«Je prends l'avion dix fois par année et encore ce matin, il y a un avion qui est tombé. Ça ne m'empêche pas de prendre l'avion et de savoir que c'est sécuritaire», a-t-il avancé en entrevue avec La Presse canadienne.

Une nacelle du manège nommé «Fire Ball» s'est détachée, mercredi, à Colombus, projetant ses passagers au sol et faisant au moins un mort. Parmi les sept blessés, au moins deux se trouvaient toujours dans un état critique jeudi.

M. Vallée affirme que le fait de déplacer des manèges d'une ville à l'autre, comme dans le cadre des divers festivals et expositions agricoles du Québec, ne comporte aucun risque supplémentaire.

«Maintenant les manèges, ce n'est plus comme autrefois, expose-t-il. On les déploie comme les ''Transformers'' et on fait l'inspection et tout et tout. Ce n'est plus morceau par morceau comme avant.»

Il dit avoir confiance en les mesures de sécurité de Beauce Carnaval et n'entend pas modifier son protocole dans la foulée de cet incident. Il reconnaît un certain «effet de choc», mais ne croit pas que la confiance de sa clientèle s'en verra érodée.

«On est là pour amuser les gens, pour qu'ils viennent se changer les idées, a-t-il tenu à rappeler. Regardez le nombre de personnes qui se promènent dans les parcs comme les miens. Il y en a des millions et des millions. Quand il arrive un incident comme ça, on est tous surpris.»

Il juge d'ailleurs que KMG, le fabricant du «Fire Ball», est une «compagnie très sérieuse», même s'il ne fait pas lui-même affaire avec cette entreprise néerlandaise.

Les responsables de la foire de l'Ohio soutiennent que les inspecteurs ayant examiné les manèges n'ont rien décelé d'anormal. La compagnie qui fournissait les manèges, Amusements of America, décrit le «Fire Ball» comme un «manège agressif». Celui-ci oscille comme un pendule, envoie ses passagers à 12 mètres dans les airs et les fait tournoyer à 13 tours par minute.

À Edmonton, la foire K-Days a fait fermer un manège du même modèle par mesure de précaution.

KMG dit avoir sommé les exploitants des 43 «Fire Ball» à travers le monde de les mettre hors service d'ici à ce que l'enquête fasse la lumière sur les causes de l'accident.

Gaston Doré, de l'Expo de Saint-Hyacinthe, soutient que la nouvelle n'a pas porté ombrage au coup d'envoi de sa 180e édition, jeudi.

«Il y a tellement une belle ambiance. Il fait beau. Il y avait des belles files d'attente, s'est-il réjoui. Oui, les gens regardent ce qui se passe ailleurs, mais ils font la fête. Et ce soir, nocturne, c'est toujours beau de voir des manèges.»

Il précise que l'organisation a néanmoins contacté son fournisseur, Amusements spectaculaires, afin de s'assurer à nouveau de l'entretien rigoureux des manèges.

«On se pose toujours la question: est-ce que ça pourrait arriver chez nous?», a-t-il reconnu.

M. Doré soulève cependant que la taille des manèges loués par l'Expo, principalement pour enfants, n'est pas comparable à ce qu'on peut apercevoir dans la vidéo de l'accident.

«C'est construit pour être solide, pour être déménagé, plié et replié et c'est pour ça qu'on est confiants», a-t-il dit.

LIRE AUSSI:
» Un mort et sept blessés dans un accident de manège
» Tombée d'un manège, elle est rattrapée par la foule (VIDÉO)