NOUVELLES

Des agents russes sur Facebook pour pirater l'équipe Macron lors des présidentielles en France

Selon l'agence Reuters.

27/07/2017 09:31 EDT | Actualisé 27/07/2017 09:41 EDT
Getty Images/iStockphoto

Des agents russes ont tenté d'obtenir des informations auprès de l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron à l'aide de faux comptes Facebook avant l'élection présidentielle, a-t-on appris auprès de parlementaires américains.

Une vingtaine de comptes auraient été créés à cette fin. La direction du réseau social a annoncé en avril avoir pris des mesures contre la diffusion de fausses informations sur l'élection présidentielle.

Le mouvement En Marche !, dont le fondateur a battu Marine Le Pen, présidente du Front national, au second tour, avait quant à lui fait savoir qu'il avait été victime d'une opération de piratage "massive" juste avant la fin officielle de la campagne, mais aucune tentative d'infiltration sur ses comptes Facebook n'avait encore été signalée.

La Russie a nié à plusieurs reprises toute implication dans ces piratages. Les services de renseignement américains ont conclu en mai que des hackers proches du gouvernement russe étaient impliqués, mais ils n'ont pas pu démontrer la responsabilité du Kremlin.

Facebook a confirmé à Reuters avoir décelé l'existence de comptes frauduleux en France et les avoir désactivés. Des représentants de la firme en ont informé des parlementaires américains en avançant le chiffre de 70.000 comptes, alors que la firme parlait de 30.000 en avril.

Fancy Bear

Selon un de ces parlementaires et deux autres sources informées, certains de ces comptes ont été créés par des agents russes qui se faisaient passer pour des amis d'amis d'Emmanuel Macron afin d'obtenir des informations personnelles sur le candidat et ses proches.

Des employés de Facebook l'auraient remarqué lors du premier tour de l'élection présidentielle et auraient constaté que des outils informatiques déjà employés par une unité du GRU, les services de renseignement de l'armée russe, avaient été utilisés. Ils pensent toutefois que les intrus n'ont pas pu s'infiltrer assez loin pour inoculer des virus ou dérober des mots de passe, objectif probable de la manoeuvre.

Victoire d'Emmanuel Macron

La même unité du GRU, surnommée Fancy Bear ou APT 28 par les sociétés de sécurité informatique, a été mise en cause après le piratage de la Commission nationale démocrate pendant la campagne présidentielle américaine de 2016.

En France, les services de sécurité et de renseignement n'ont incriminé personne pour le piratage d'En Marche !

Mounir Mahjoubi, responsable de la campagne d'Emmanuel Macron sur internet devenu secrétaire d'Etat au Numérique, a déclaré en mai à Reuters que certains experts étaient convaincus de l'implication du GRU, sans pouvoir la prouver formellement.