POLITIQUE

Québec ignore la provenance du gaz naturel financé par le Fonds vert

«Les gens de Gaz Métro sont incapables de me dire d'où il vient, le gaz naturel» - Pierre Arcand

26/07/2017 06:41 EDT | Actualisé 26/07/2017 06:42 EDT
Bloomberg via Getty Images

Le gouvernement du Québec puise à même le Fonds vert pour prolonger le réseau de distribution de gaz naturel. Pourtant, il ignore la provenance de cette énergie fossile, une donnée fondamentale pour calculer le bénéfice réel de la transition du mazout ou du diesel vers le gaz.

Un texte d'Alex Boissonneault, correspondant parlementaire à Québec

La province a annoncé mardi un investissement de 7,5 millions de dollars pour construire un nouvel oléoduc dans la MRC de Portneuf. L'argent provient directement du Fonds Vert consacré à financer les efforts du Québec pour protéger l'environnement et lutter contre les changements climatiques.

En plus de permettre à des entreprises de la région de Portneuf de réduire leurs coûts énergétiques du tiers, le prolongement du gazoduc de Gaz Métro devrait réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, croit Pierre Arcand, ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles.

Cependant, il a avoué qu'il ne savait pas la provenance du gaz naturel qui sera transporté.

Les gens de Gaz Métro sont incapables de me dire d'où il vient, le gaz naturel.Pierre Arcand, ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles

« En ce sens-là, je ne suis pas en mesure de vous dire si c'est du gaz naturel de schiste ou du gaz naturel de quoi exactement », a-t-il poursuivi.

Une information cruciale

La provenance du gaz naturel est cruciale, selon le consultant en environnement et ex-ministre Daniel Breton.

À son avis, le gaz naturel est encore pire que le pétrole si l'on considère l'ensemble du cycle de production et de distribution. Or, le gaz de schiste serait encore plus nocif.

C'est sidérant que le ministre avoue lui-même ne pas savoir si c'est du gaz naturel conventionnel ou de schiste, et que lui subventionne ça malgré tout.Daniel Breton, consultant en environnement et ex-ministre

Difficile de connaître la provenance exacte de la ressource, a admis la porte-parole de Gaz Métro, Maude Hébert-Chaput. La compagnie s'approvisionne auprès de divers fournisseurs canadiens et américains qui entreposent leur gaz à Dawn, dans le sud l'Ontario.

« Ce carrefour est alimenté par différents bassins de production situés autant au Canada qu'aux États-Unis. Vu la réalité des nombreuses canalisations souterraines partout en Amérique du Nord et leurs interconnexions multiples, il n'est malheureusement pas possible dans ce contexte de connaître la provenance exacte d'une molécule de gaz naturel », a-t-elle expliqué.

Elle a toutefois spécifié qu'en termes de combustion, le gaz permet de réduire du tiers les émissions de GES comparativement au mazout.

Pour le projet à Saint-Marc-des-Carrières, dans Portneuf, Gaz Métro estime la réduction à plus de 1550 tonnes de GES.

Voir aussi: