POLITIQUE

«Laxisme» dénoncé à la suite de l'incendie de l'édifice Robillard

L'édifice du Quartier Chinois a été la proie d'un incendie le 18 novembre dernier.

26/07/2017 09:42 EDT | Actualisé 26/07/2017 11:13 EDT
Olivier Robichaud

La chef de l'opposition à l'hôtel de ville de Montréal, Valérie Plante, dénonce ce qu'elle considère comme du «laxisme» à la suite de l'incendie de l'édifice Robillard.

L'édifice du Quartier Chinois a été la proie d'un incendie le 18 novembre dernier, alors qu'il y avait des travaux de réfection. La carcasse du boulevard Saint-Laurent a été démolie le lendemain, mais depuis le site n'a pas été suffisamment pris en charge par la Ville, selon Projet Montréal.

«Le site est contaminé à l'amiante, a souligné Mme Plante. Le propriétaire a mis des murets alors les gens pensent que c'est fermé, mais non. C'est à aire ouverte.»

Selon Mme Plante, les constats d'infraction envoyés par la Ville ne suffisent pas. Elle estime que la Ville devrait prendre contrôle du site, le décontaminer et envoyer la facture au propriétaire.

Rappelons que l'édifice Robillard a brièvement abrité le premier cinéma du Canada, mais ne bénéficiait pas d'un statut patrimonial officiel. Il a également servi de théâtre avant d'abriter des commerces. Il était vide depuis 2012.

«Une demi-douzaine d'immeubles patrimoniaux de Montréal ont été détruits par les flammes en 2016. Le désintérêt de Denis Coderre pour le patrimoine coûte cher», a lancé Mme Plante.

LIRE AUSSI:
» Coderre «jette l'argent par les fenêtres», selon Valérie Plante
» Les résidents plus enclavés à Montréal qu'ailleurs
» Dur retour de vacances pour Denis Coderre

VOIR AUSSI:

Le Montréal oublié en images