POLITIQUE

La piste de Formule E inaugurée dans une ambiance de critiques

Le maire Denis Coderre a dû répondre à nouveau aux critiques concernant l'organisation de la course.

26/07/2017 13:19 EDT | Actualisé 26/07/2017 13:21 EDT
Olivier Robichaud

Le maire Denis Coderre a dû répondre à nouveau aux critiques concernant l'organisation de la course de Formule E mercredi, alors qu'il inaugurait officiellement la piste qui parcourra les rues de Montréal.

Deux nouveaux reportages du quotidien La Presse ont ajouté le l'huile au feu ce matin. On a notamment appris que la Ville a payé deux fois plus cher pour les murets de la Formule E que pour les murets achetés récemment pour le circuit Gilles-Villeneuve.

La Presse a aussi souligné que le maire possède deux VUS énergivores qui ne sont ni électriques, ni hybrides.

«D'abord, c'est faux. Je n'ai pas deux véhicules. Et 90 % du temps, je suis dans le véhicule de fonction qui, lui, est hybride.»Denis Coderre

Le maire estime qu'un leader ne doit pas avoir peur d'aller à l'encontre des critiques.

«Nous pensons que Montréal peut faire partie des grands. Si Jean Drapeau avait écouté les critiques à l'époque, on n'aurait pas eu l'Expo 67», a-t-il lancé.

Par ailleurs, le maire Coderre a annoncé que la Société de transport de Montréal (STM) offrira gratuitement le transport en commun samedi et dimanche, jours de course.

Commerçants heureux

Les commerçants de la rue Ontario ont fait les manchettes depuis deux semaines parce qu'ils devront se défaire de leurs terrasses. Ils doutent pouvoir bénéficier de l'achalandage créé par la Formule E. Des commerçants situés à l'intérieur de la zone enclavée se sont également plaints d'une baisse d'achalandage.

Les commerçants de Sainte-Catherine seraient toutefois bien heureux d'accueillir l'événement.

«Nos commerçants se préparent pour une grande affluence. La réaction est extrêmement positive parmi nos membres», a affirmé Denis Brossard, copropriétaire du Cabaret Mado et cofondateur de la Société de développement commercial (SDC) du Village, un organisme qui représente environ 300 commerçants.

La SDC du Village évitera les principaux désagréments causés par les détournements de la circulation, puisque la rue Sainte-Catherine est entièrement piétonne dans ce secteur pendant la saison estivale.

«Les choses qu'on entend sur la rue Ontario, on les entendait au moment où on a annoncé la piétonnisation de Sainte-Catherine, a répondu M. Brossard. Mais maintenant, si on ne ferme pas la rue l'été, les mêmes personnes qui critiquaient à l'époque vont nous demander pourquoi on ne fait plus ça.»

Depuis quelques semaines, de nombreux reportages ont émis des doutes sur le coût de l'événement et le choix du site. La Ville a annoncé au début du mois que les travaux d'installation et de désinstallation des équipements causeraient des fermetures de voies et de rues sur une période de 25 jours. Ensuite, Radio-Canada a rapporté que d'autres villes ne financent pas l'événement – contrairement à Montréal – ou tiennent l'événement dans des circuits automobiles conçus pour la Formule 1.

LIRE AUSSI:
» Coderre «jette l'argent par les fenêtres» selon Valérie Plante
» Formule E: les résidents plus enclavés à Montréal qu'ailleurs
» Dur retour de vacances pour Denis Coderre sur les réseaux sociaux
» Même les cyclistes déplacés par la Formule E