DIVERTISSEMENT

Juste pour rire: l’hommage à Michel Côté, comme si vous y étiez

Un gala où humour et émotion furent savamment dosés.

25/07/2017 05:57 EDT | Actualisé 25/07/2017 05:59 EDT
Paméla Lajeunesse

On a évidemment beaucoup entendu parler de Broue et de Cruising Bar, les larmes ont roulé sur ses joues quand sa Véronique a chanté Crazy pour lui et des Louis-José Houde et Claude Meunier ont chanté ses louanges.

Juste pour rire et l'animateur François Morency rendaient lundi un hommage drôle et touchant, concis et sans longueurs, à Michel Côté et sa riche carrière sur scène et à l'écran. Un gala où humour et émotion furent savamment dosés, où aucun numéro n'est tombé à plat, où chaque moment avait sa raison d'être, et qui nous a rappelé de bons souvenirs.

On en a appris plus sur l'homme et le papa qu'est Michel Côté, et on a eu droit à plusieurs prestations très amusantes de ses collègues. Mis à part quelques problèmes d'écrans, qui peinaient parfois à collaborer, la soirée a été pratiquement parfaite, et celui qu'on honorait a fortement réagi, riant souvent et pleurant à quelques reprises.

En attendant que ce dernier Gala Juste pour rire 2017 «passe 10 ou 12 fois à la télé dans les prochaines années», a blagué le principal intéressé dans son discours de remerciements, revivez ici quelques parcelles du coup de chapeau de Juste pour rire à Michel Côté.

Hommage à Michel Côté

L'entrée

Le jubilaire a fait son entrée dans la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts, accompagné de sa conjointe, Véronique LeFlaguais, et de ses deux fils, Charles et Maxime. Débarqué d'une voiture décapotable tout droit sortie des années 50, il a d'abord été accueilli par Gilbert Rozon, d'abord caché derrière un faux comptoir de casse-croûte, érigé dans le foyer de Wilfrid-Pelletier. Plusieurs étaient déjà debout lorsque Michel Côté a mis le pied dans la salle, et c'est sous une ovation plus que sentie qu'il a lentement marché jusqu'à son siège, en multipliant les salutations autour de lui et en envoyant la main au balcon.

Le numéro d'ouverture

François Morency est définitivement à sa place à l'animation des Galas Hommages de Juste pour rire. Après un sans-faute lors du bien-cuit de Michel Barrette l'an dernier, il a remis ça avec aplomb cette année, dans une forme splendide, en gérant bien les imprévus (comme ces techniciens qui ont tardé à venir chercher des accessoires de scène à la fin d'un segment!), en prenant juste assez de place et en étant d'une grande générosité envers «l'hommagé». François Morency ne tire jamais la couverture de son côté dans ce type de rendez-vous, et c'est tout à son honneur.

Lundi, son monologue d'ouverture avait pour thème «Michel Côté m'énerve» (dans le sens de «J'envie Michel Côté»). Il a rappelé que c'était la première fois, en 35 ans d'existence, que le Festival Juste pour rire rendait hommage à quelqu'un qui n'avait jamais fait de numéro dans un Gala Juste pour rire. Michel Côté n'est pas humoriste, mais il «gravite autour» du monde de l'humour, via le théâtre, la télévision et le cinéma, a-t-il expliqué. «C'est comme si, au Grand Prix de Formule 1, on remettait un prix aux escortes...»

Il a fait lever la main aux spectateurs qui, en 38 ans de tournée de Broue, n'ont pas eu le temps d'aller applaudir la comédie de tavernes. «Le seul qui a une bonne raison de ne pas avoir vuBroue, ici, c'est Michel Côté!» Morency a évidemment jalousé en rigolant les quelques 3322 représentations de Broue et ses trois millions de billets vendus... à 40$ le billet, de même que la polyvalence de Côté au septième art, lui qui a co-signé le scénario de Cruising Bar avec Robert Ménard, en plus d'y jouer les quatre rôles principaux. Cruising Bar a généré un record au box-office et été traduit dans 22 langues. «Il écrit un scénario et il se donne tous les rôles. Une chance que t'as pas écrit les 101 Dalmatiens!», a vociféré Morency.

Paraît-il que Michel Côté est surnommé «Monsieur one take» dans les coulisses du cinéma québécois, car il est capable d'enregistrer une scène d'un seul trait, sans faire d'erreurs. «Pourrais-tu aller jouer pour les Canadiens de Montréal, s'il vous plait?», l'a supplié Morency, qui a précisé à quel point tout réussit à Michel Côté.

Il a ensuite terminé sa tirade affectueuse en liant quelques titres de la filmographie de Côté à des événements culturels et sociaux importants de notre histoire : l'échange de PK Subban (Erreur sur la personne), la saga de Gaétan Barrette et la nourriture des CHSLD (Dans le ventre du dragon), etc.

Julien Tremblay

On n'attendait pas nécessairement Julien Tremblay au gala hommage à Michel Côté, mais le comique à la guitare s'en est très bien sorti en vantant le sex-appeal de l'acteur qu'il admire. «J'ai connu Michel Côté en même temps que tout le monde. Dans sa pub de Nescafé en 1994.»

Aux yeux de Tremblay, Michel Côté est un exemple de virilité, de prestance, de charisme, de talent. «Il a une extinction de voix qui perdure depuis 1981 (...) C'est le gars qui mange des sandwichs aux Traction Aids

Il a multiplié les boutades flattant la solidité de Michel Côté. «Ca existe déjà Michel Côté avec un changement de sexe : c'est Micheline Lanctôt» ; «Il est tellement viril, c'est les orignaux qui achètent son urine!» ; «Quand il va à l'hôpital, c'est les gosses des médecins qui toussent» ; «(Pour lui), une érection, c'est pas une conséquence, c'est un état d'âme. Regardez-le, il est dur en ce moment!». À cette dernière plaisanterie, Michel Côté s'est levé de sa chaise, triomphant et bombant le torse, sous les rires de l'assistance.

Julien Tremblay a conclu son passage avec élégance, en soulignant la grande beauté naturelle de Véronique LeFlaguais. «C'est pas tout le monde qui a trois lettres majuscules dans son nom!»

Sylvain Côté

Julien Tremblay a introduit au public Sylvain Côté, le frère de Michel, qui lui ressemble à s'y méprendre. Celui-ci avait apporté son accordéon et a raconté, entre autres, que son frangin l'obligeait à regarder des films de vampires quand il avait cinq ans.

«Tu es devenu plus grand que nature et, de succès en succès, tu es beau à voir aller, a lancé Sylvain Côté à son frère. Mais ça fait longtemps que je veux te le dire : tu es excellent dans tous les films que tu as faits (...) mais le plus beau film que tu as réussi, c'est le film de ta vie. Je t'aime, mon frère.»

Robert Piché

Quelques parodies et témoignages sur vidéo ont ponctué l'enchaînement. Pour faire un clin d'œil àPiché, entre ciel et terre, le long-métrage sur la vie du commandant Piché, où Michel Côté incarnait le rôle-titre, on a imaginé une suite, Piché, entre ciel et terre 2 : la vengeance de l'avion. François Morency s'y est glissé dans la peau d'un pilote incompétent, Dino Tavarone, dans celle du co-pilote, et Mélissa Désormeaux-Poulin, dans celle d'une agente de bord. C'était rigolo, et le «vrai» Robert Piché – qui était d'ailleurs dans l'assistance, lundi – y a fait une courte apparition. Très sympathique.

Coup de foudre/Cruising Bar

On a trouvé une manière très originale de faire revivre les quatre personnages principaux de Cruising Bar : en pastichant l'émission Coup de foudre, avec Geneviève Brouillette en participante cherchant l'âme sœur. Gildor Roy y interprétait le rustre Gérard, Jean-François Breau (qui avait du mal à garder son sérieux!) était identique au snob Jean-Jacques qu'il personnifiait, Rémi-Pierre Paquin a cabotiné sous la perruque et le dentier du drogué Patrice et Patrice Coquereau était excellent dans la peau du timide Serge. Ce fut un prétexte formidable à ressortir quantité de répliques marquantes de Cruising Bar : «Lâche pas mon Gérard», «Beaudoin!!!», «bite molle», «calmar free», le «va chier, mange de la marde» de Serge, «l'inventaire» du samedi soir de Gérard, etc. Un très beau flash, surtout pour les inconditionnels de l'œuvre.

Le King

Et ce n'est pas tout. Michel Côté a même eu droit à une visite du «King», cet imposant personnage tout de cuir vêtu qui causait la terreur de Serge dans le bar homosexuel, toujours dans Cruising Bar. Était-ce le même comédien qu'à l'époque qui lui prêtait vie? Le déguisement, lui, était pareil. Quoi qu'il en soit, l'être plus grand que nature est descendu au parterre et a fait faire quelques pas de danse à un Michel Côté un peu... réticent! Exactement comme dans Cruising Bar...

Photos

Visiblement bien entouré dans l'organisation de son Gala Hommage, François Morency a mis la main sur plusieurs photos de l'album personnel de la famille Côté. On a ainsi vu défiler des portraits de Michel Côté à toutes les étapes de sa vie (bébé, enfance, jeune adulte, avec l'équipe deBroue, etc.), appuyés des commentaires de Morency, lequel a statué que Michel Côté était «rarement de bonne humeur sur les photos». «Chez les Côté, toutes les photos peuvent servir à un passeport», a-t-il ajouté.

Réjean de Terrebonne

Réjean de Terrebonne, alias Jean-Claude Gélinas, a été formidable en tournant Broue en dérision et en constatant ce qu'est devenu l'industrie de l'alcool aujourd'hui. «Vous avez tellement fait une mauvaise réputation aux tavernes qu'on est rendus avec des micro-brasseries», a-t-il déploré. Qu'avait-il à dire sur les 3 millions de spectateurs qui ont déjà vu Broue? «Bravo! L'émission La voix fait ça en un soir...»

«Michel Côté est assez jeune pour prendre un verre, et assez vieux pour mettre ses dents dedans», a terminé Jean-Claude Gélinas à la fin de sa prestation, qui «s'attaquait» aussi aux mixologues.

Crazy

«Une chanson que tu adores, interprétée par des personnes qui, elles, t'adorent». Voilà comment François Morency a introduit la chanson Crazy, de Patsy Cline, une des préférées de Michel Côté. Maude Guérin et Marie-Michèle Desrosiers en ont poussé les premières notes, avant que Véronique LeFlaguais ne vienne la terminer, devant la surprise totale de son homme. Celui-ci a fondu en larmes abondantes dans un élan sincère, alors que, derrière, s'affichaient des photos du couple. Un moment de pure authenticité, qui a été couronné d'une ovation debout.

Louis-José Houde

Quel beau mot Louis-José Houde a récité à Michel Côté, sur vidéo, en louangeant d'abord la posture de son faux papa de De père en flic. «Quand Michel Côté entre dans une pièce, tu te redresses!»

Les deux hommes se connaissent depuis neuf ans et ont tourné trois films ensemble, les deux De père en flic et Le sens de l'humour. «Je n'en reviens pas encore d'être son ami. Quand j'ai rencontré Michel, il était exactement comme je souhaitais qu'il soit.»

Avec sa verve habituelle, Louis-José Houde a discouru sur le répondeur à cassette de Michel Côté, une rareté de nos jours. «C'a été mon dernier ami avec un répondeur. Juste pour ça, l'hommage, ce soir, ça vaut la peine!»

Quelques minutes plus tard, Houde est revenu sur un «petit rassemblement sous le thème de l'excès» tenu chez Marc Messier l'an dernier, où il s'est ému de remarquer que les frères de Brouese faisaient encore rire mutuellement, étaient toujours aussi complices après 40 ans de collaboration professionnelle. «Michel, je veux que tu fasses attention à ta santé (...) parce que j'aimerais qu'on soit encore amis dans 40 ans», a conclu l'humoriste.

Duo de jokes

François Morency et Sonia Vachon ont démontré une complicité extraordinaire dans leur «duo dejokes». Parce que semble-t-il que Michel Côté adore raconter des jokes, mais son répertoire n'en contiendrait que trois ou quatre! Marquant leurs punchs d'un coup de cymbale, dans leurs vestons bleus scintillants, Morency et Vachon se sont livrés à un joyeux ping-pong burlesque.

«Comment on appelle ça un Michel Côté tout de velours vêtu ? Un Michel Côtelé!». «C'est quoi la différence entre Michel Côté et une gonorrhée? C'est pas fin pour lui!». «Sais-tu ce que Michel Côté aurait fait s'il n'avait pas joué dans Broue? On serait pas icitte!».

Puis, Morency a créé un moment cocasse en se trompant dans l'un de ses gags, en disant «J'ai entendu dire que Michel Côté a 10 pénis» au lieu de «J'ai entendu dire que Michel Côté a un pénis de 10 pouces». Il s'est interrompu, et sa déconfiture a fait s'esclaffer l'audience. Il a toutefois bien récupéré la manœuvre, en ricanant.

Ti-Mé

Même Ti-Mé Paré (Claude Meunier) était de la partie, sur vidéo, pour rendre grâce à son ami Jean-Lou de La petite vie. Ses lignes n'étaient pas parmi les meilleures de la soirée, mais cette référence au très efféminé Jean-Lou était incontournable. «Que tu sois gai ou que tu sois aux hommes, pour moi, c'est la même affaire!», a assuré Ti-Mé.

Caro

Autre figure importante de La petite vie, Caro, ou Guylaine Tremblay, a tenté de convaincre Michel Côté de sortir du placard, alléguant que son union avec Véronique LeFlaguais n'était que poudre aux yeux et que la personnalité de Jean-Lou était vraiment la sienne. «C'est clair pour tout le monde que c'est un faux mariage. C'est pas ben, ben subtil d'avoir engagé une actrice pour jouer ta femme! Mais elle est vraiment bonne, hein... On dirait vraiment qu'elle t'aime! Donnez- lui le trophée de la meilleure artiste l'année prochaine, ça va nous changer de la braillarde à Guylaine Tremblay!»

Malheureusement, la finale de ce délire est vraiment tombée à plat, avec une flèche à Éric Duhaime que la salle n'a pas semblé comprendre.

Les Denis Drolet

Les Denis Drolet devaient s'adonner à un extrait du Château en Suède, la première pièce dans laquelle Michel Côté a joué. Évidemment, leur moment de «théâtre» s'est bien sûr transformé en divagation toute «Denis Drolesque». Ils ont maladroitement tenté de parler en suédois, avant que François Morency, alors qualifié de «genre de Sting, mais cheap», ne vienne les interrompre. Morency a poussé l'une des meilleures blagues de ce lundi soir en proclamant que les Denis Drolet étaient visiblement «à une commotion cérébrale près de manger leur propre marde».

Les Denis Drolet étaient accompagnés de leur fidèle acolyte Just-To-Buy-My-Love, qui a esquissé ses habituels pas de danse derrière. Mais l'étonnement fut total lorsque le bizarre gaillard a dévoilé son visage... celui de Maxime LeFlaguais!

«Je savais pas comment te le dire, mais Just-To-Buy, c'est moi!», a-t-il annoncé en regardant son père. Quelques secondes plus tard, sur vidéo, on a projeté plus loin le deuxième degré en «dévoilant» que le deuxième fils Côté, Charles, était la personne cachée sous les habits de Bonhomme Carnaval.

Maxime LeFlaguais

Maxime LeFlaguais est rapidement revenu sous les projecteurs pour taquiner le célèbre auteur de ses jours. «J'ai le trac, donnez-moi de l'amour!», a-t-il avoué en commençant.

Il a parlé du rapport de son père avec les cadeaux de fête («Ca se peut que le cadeau qu'il donne soit un peu plus pour lui que pour toi»), et de sa grande culture générale, lui qui a fait son cours classique et étudié le grec et le latin («Mon père, il sait tout. Un vrai petit Jos Connaissant, hein, m'man?»).

Apparemment un père «cool quand il le fallait et sévère quand il le fallait», «ni pote ni despote», Michel Côté a déjà privé son garçon Maxime d'argent de poche pour le punir d'avoir volé. «Alors je me suis remis à voler», a crâné le jeune homme d'un air espiègle. «T'étais un père 100% avec nous quand t'étais présent», a-t-il ensuite adressé à son papa, avant de galvauder

gentiment son lien avec la technologie. Il y a quelques années, quand Michel Côté a refusé trois scénarios de films, «moi, je sais qu'il a pris son année pour comprendre son premier iPad», a révélé Maxime LeFlaguais.

Les réseaux sociaux

Comme dernière portion vidéo, Denise Robert, Émile Gaudreault, Robert Ménard, Jean-Pierre Chartrand, Jean-Marie Moncelet et Charles Côté ont lu de véritables commentaires recueillis sur les réseaux sociaux concernant Michel Côté. Que des messages positifs.

«Le monde t'aime, Michel», a souligné François Morency.

Le dernier visage du montage était celui du mignon Théo, le petit-fils de Michel Côté. «Allo papi, je t'aime, j'ai très hâte de jouer avec toi, je suis très fier de toi», a dit le gamin.

Broue

On n'aurait pu rendre hommage à Michel Côté sans caricaturer Broue. Tous les artistes vus plus tôt, soit Geneviève Brouillette et les quatre imitations des personnages de Cruising Bar, puis Sonia Vachon, Maude Guérin et Marie-Michèle Desrosiers (revendiquant le droit pour les femmes d'entrer dans les tavernes), de même que Martin Drainville dans un costume de policier, se sont donné la réplique dans un décor de bar très semblable à celui de Broue.

On le voyait venir, Marc Messier et Marcel Gauthier se sont rapidement amenés, manteaux deBroue sur le dos, en faisant semblant de ne pas savoir qui était Michel Côté. «Je ne sais pas comment ils font pour refaire la même affaire, soir après soir», a ironisé Marcel Gauthier, parlant de lui-même et ses acolytes. «Il y a un petit manque d'ambition», a riposté Marc Messier.

Lindberg

Dans un énergique mini-concert, Robert Charlebois et Louise Forestier, le diable au corps, ont offert une mémorable Lindberg, autre air affectionné par Michel Côté. Forestier a joué les bruiteuses pendant que, derrière, tous les invités du gala se réunissaient en tapant des mains. «Michel, elle est juste pour toi!», a scandé Robert Charlebois dans la foulée de la très spontanée acclamation debout qui a suivi.

Remerciements

Toute Wilfrid-Pelletier est bien sûr restée debout pendant quelques minutes quand Michel Côté est à son tour monté sur les planches pour remercier. Son discours fut léger et pas du tout ennuyant. Quelques personnes se sont même relevées en plein milieu pour l'ovationner à nouveau.

«Je m'attendais à beaucoup, et j'ai eu plus que ce que j'imaginais (...) J'ai ri, j'ai été ému, j'ai braillé au moins trois fois, des fois d'émotion, des fois de rire (...) Vous avez presque réussi à ébranler ma légendaire humilité (...) Je sais que vous avez travaillé très, très fort. Honnêtement, je m'attendais à plus... (rires)... de bitcheries!», a détaillé Michel Côté.

La «légendaire humilité» de ce dernier s'est notamment exprimée lorsqu'il a chaudement remercié François Morency, qu'il a qualifié de «champion de l'animation». «Quand tu m'as appelé l'année dernière pour m'offrir ça, je n'avais aucune idée à quel point je passerais une belle soirée», a-t-il juré.

Michel Côté a envoyé des éloges à Gilbert Rozon et sa «belle folie», a mentionné, entre autres, André Dubois (avec qui il a fait les Bye Bye de 1984, 1985 et 1986), Robert Ménard et Claire Wojas (Cruising Bar), Marc Messier et Marcel Gauthier («pour nos 38 ans de ménage à trois et pour notre beau rêve devenu réalité»), Claude Meunier, etc.

L'homme gardait les personnes les plus importantes pour la fin : sa maman, qui était assise près de lui lundi, qui avait fait le voyage du Lac-Saint-Jean spécialement pour l'occasion («Merci d'avoir toujours été là»), son frère Sylvain, son frère Danny, resté à Alma («Il ne pouvait pas venir, il surveille le Lac. C'est une tradition dans la famille, il faut toujours qu'il y en ait un qui surveille»), sa Véronique («Qui m'a rendu le plus heureux des hommes. Tu es ma bonne étoile, tu es mon porte-bonheur. Je ne t'échangerais pas contre une patte de lapin»), ses enfants, Charles et Maxime, ses belles-filles, Isabelle et Caroline (Dhavernas), ainsi que ses petits-enfants, Théo et Olivia.

«Chaque jour de ma vie, ma petite famille fait ma fierté et ma joie», a terminé un Michel Côté rayonnant après cette vague d'amour.