NOUVELLES

Le Canada à la traîne pour la protection de l'eau et des espaces naturels

Même la Chine et le Brésil bougent plus vite

24/07/2017 14:27 EDT | Actualisé 24/07/2017 17:01 EDT
Robert Alexander via Getty Images

Le Canada est bon dernier des pays du G7 dans la protection de ses espaces naturels et de ses immenses réserves en eau en dépit de ses engagements auprès des Nations Unies, a estimé lundi une organisation de protection de l'environnement.

"Avec à peine 10,6% de son territoire actuellement protégé, le Canada se situe en-dessous de la moyenne mondiale de 15%", et dernier des sept pays les plus riches où l'Allemagne (38%), le Royaume-Uni (28%) et la France (26%) sont loin devant, selon la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP).

Aires protégées des pays du G7

"En 2010, dans un effort mondial visant à contrer l'appauvrissement de la biodiversité", le Canada s'était engagé à atteindre d'ici 2020 le seuil de protection de 17% de ses terres et eaux intérieures.

Cet objectif avait été fixé lors de la dixième conférence des parties dans le cadre de la Convention sur la diversité des Nations Unies décidée au sommet de la Terre de Rio de Janeiro en 1992.

Si des progrès ont été réalisés dans les dernières années, le retard ne devrait pas être comblé dans les trois ans. Outre son dernier rang au sein du G7, le Canada "accuse de surcroît un retard face à d'autres grands pays tels que la Chine, le Brésil et l'Australie", souligne la SNAP.

Le Top 10 des plus beaux parcs nationaux du Canada

Le Canada possède près de 10% des ressources en eau douce renouvelables de la planète, soit la troisième réserve d'eau douce en importance au monde, selon les données du gouvernement canadien.

Les gouvernements fédéral, provinciaux, territoriaux et autochtones "gèrent 90% des terres et 100% des eaux intérieures du pays" et une action concertée permettrait de faire des progrès notables dans la protection de la nature, fait valoir l'ONG.

Le Canada, deuxième pays le plus vaste au monde, "doit veiller à la préservation de 20% des massifs forestiers sauvages de la planète, 24% de ses zones humides et près du tiers des réserves de carbone stockées dans ses sols", note la SNAP.

Mais, selon elle, "la santé de tous les écosystèmes canadiens se détériore et le nombre d'espèces menacées d'extinction ne cesse d'augmenter chaque année".