NOUVELLES

Début du procès de journalistes du quotidien d'opposition Cumhuriyet en Turquie

Ils sont accusés de soutien à des «organisations terroristes armées».

24/07/2017 08:47 EDT | Actualisé 24/07/2017 08:51 EDT
Getty Images

Le procès de plusieurs journalistes de l'emblématique quotidien d'opposition turc Cumhuriyet, accusés de soutien à des "organisations terroristes armées", s'est ouvert lundi matin à Istanbul, a constaté un journaliste de l'AFP sur place.

Au total, 17 journalistes, dirigeants et autres collaborateurs actuels ou passés de Cumhuriyet, un quotidien farouchement critique du président turc Recep Tayyip Erdogan, sont jugés. Le procès a démarré avec la déclinaison de l'identité des accusés, accueillis dans la salle d'audience par des applaudissements de la foule venue les soutenir, a constaté l'AFP.

Les collaborateurs de Cumhuriyet sont accusés d'avoir aidé une ou plusieurs "organisations terroristes", selon l'acte d'accusation, qui cite les séparatistes kurdes du PKK, un groupuscule d'extrême gauche appelé DHKP-C et le mouvement du prédicateur exilé aux Etats-Unis Fethullah Gülen, accusé d'avoir fomenté le putsch manqué de l'été dernier, ce que l'intéressé nie catégoriquement.

De nombreuses personnes, dont des journalistes et des députés de l'opposition, s'étaient rassemblées devant le tribunal dans la matinée, procédant à un lâcher de ballons multicolores et scandant: "la presse libre ne peut être réduite au silence".

Certains des plus grands noms du journalisme turc figurent parmi les accusés, comme le chroniqueur francophone Kadri Gürsel, le journaliste d'investigation Ahmet Sik ou encore le féroce caricaturiste Musa Kart. Mais aussi le patron du journal, Akin Atalay, et le rédacteur en chef, Murat Sabuncu.

Onze des accusés sont en détention préventive, la plupart depuis près de neuf mois.

LIRE AUSSI:
» Turquie : le producteur d'un film sur Erdogan détenu pour «terrorisme»
» Putsch: un an après, Erdogan promet d'«arracher la tête des traîtres»

VOIR AUSSI: