NOUVELLES

Ingérence russe: Trump peste sur Twitter contre les reportages du Washington Post

22/07/2017 12:18 EDT | Actualisé 22/07/2017 12:18 EDT
Kevin Lamarque / Reuters

Donald Trump soutient que si le président américain a le pouvoir d'accorder son pardon, le seul crime qui a été commis jusqu'à maintenant est celui concernant des fuites d'informations relatives à son administration.

C'est ce qu'il a fait valoir en s'exprimant sur Twitter, samedi matin, concluant son message par «FAKE NEWS» («FAUSSES NOUVELLES»).

Le «Washington Post» a rapporté récemment que M. Trump a demandé des informations concernant son droit de pardonner des collaborateurs, des proches et même lui-même relativement à l'enquête sur l'ingérence présumée de la Russie dans les élections présidentielles de 2016.

Le président américain critique depuis longtemps les fuites médiatiques au sujet de cette affaire et a exhorté les autorités à poursuivre les responsables de celles-ci.

M. Trump a par ailleurs pesté — encore une fois sur Twitter — à propos d'un reportage du «Washington Post» selon lequel l'ambassadeur russe aux États-Unis dit avoir eu des discussions qui portaient sur des questions liées aux élections américaines, durant la campagne, avec le procureur général Jeff Sessions, qui était alors sénateur.

Le département de la Justice a fait savoir que M. Sessions maintient sa version des faits, soit celle qu'il n'a pas discuté de quelque forme d'ingérence que ce soit avec des représentants russes.

Le fils aîné du président, Donald Trump fils, son gendre et conseiller, Jared Kushner, ainsi que son ancien directeur de campagne, Paul Manafort, doivent témoigner, la semaine prochaine, devant des comités du Sénat qui enquêtent sur l'implication de la Russie dans la récente campagne présidentielle.

VOIR AUSSI :

18 citations de Donald Trump sur les femmes