DIVERTISSEMENT

Festival Just for Laughs: Rick Mercer et son tour d’horizon humoristique

L'humoriste sera l'hôte d'un gala qui misera exclusivement sur le stand-up.

20/07/2017 18:22 EDT | Actualisé 22/07/2017 13:02 EDT
Reuters Photographer / Reuters

La vedette de télévision Rick Mercer sera au menu du festival Just for Laughs le 27 juillet prochain pour l'animation de The Rick Mercer Gala. L'humoriste canadien recevra six invités pour du stand-up de moins de 22 minutes chacun, un clin d'œil au titre de sa populaire émission politique intitulée This Hour has 22 Minutes.

En entrevue téléphonique, Rick Mercer s'est dit heureux de retrouver le public de Montréal qu'il n'avait pas revu depuis des années. «Il était vraiment temps que je revienne, a-t-il déclaré à l'autre bout du fil. J'attendais la bonne occasion, et je l'ai trouvé grâce à la proposition du festival Just for Laughs.»

Le soir du 27 juillet à la salle Wilfrid-Pelletier, le comédien et animateur satirique devra composer avec une belle brochette d'humoristes issus de la scène anglo-saxonne. Les Américains W. Kamau Bell, Jessica Kirson, Jon Reep, Tom Papa seront suivis de l'Australien Carl Barron et du Canadien d'origine ougandaise Arthur Simeon. «Je suis vraiment content de les présenter au public, car tout ce beau monde mérite des tonnes d'applaudissements. Ils sont vraiment drôles et je crois qu'ils représentent ce qu'il se fait de mieux en ce moment.»

Parce qu'il ne considère pas son matériel comme du stand-up au sens traditionnel du terme, Rick Mercer est d'autant plus ravi de recevoir sur la scène des humoristes de divers horizons. «Il y a moins d'humour canadien ou américain, mais davantage d'humour lié à l'expérience vécue. Par exemple, l'arrivée du web et des plateformes vidéos ont fait naître des nouveaux humoristes comme Jessica Kirson qui est une youtubeuse reconnue.»

Les humoristes en première ligne

Selon Mercer, c'est la pluralité du milieu qui rend le métier aussi fascinant, même si les jeunes générations d'humoristes doivent faire face à de nouvelles réalités sociétales. «L'humour a beaucoup évolué ces dernières années et avec ce qui se passe à travers le monde, les choses ne sont pas toujours faciles pour les artistes qui doivent faire de plus en plus attention à ce qu'ils disent.»

Connu pour ne pas avoir la langue dans sa poche, Rick Mercer constate néanmoins un climat délétère favorisant les susceptibilités des uns ou des autres, ce qui rend d'après lui le travail des humoristes risqué. «À Terre-Neuve-et-Labrador, d'où je suis originaire, on dit qu'une personne qui se fâche facilement est "quick to hurt", c'est-à-dire qu'elle est prompte à se sentir concerner.»

Rick Mercer illustre ses propos en racontant une histoire qui l'a particulièrement marqué. «Récemment, une compagnie aérienne a lancé une série d'affiches publicitaires où l'on pouvait lire le mot "bétail". Plusieurs activistes pour la protection des animaux avaient alors porté plainte puisqu'ils estimaient que la société "insultait" les vaches. Les affiches ont été enlevées par la direction de l'aéroport.»

Du fait qu'ils se retrouvent souvent en première ligne, les humoristes sont à leur tour de plus en plus visés par les plaintes. «Beaucoup de personnes intentent des poursuites pour des compensations financières. C'est à l'humoriste de juger des situations avant de se retrouver en cour. Le sens commun est devenu le meilleur outil pour savoir ce qui doit être dit ou pas.»

The Rick Mercer Gala le 27 juillet à la salle Wilfrid-Pelletier à partir de 19h00.

LIRE AUSSI:
» «The Ethnic Show», se moquer des autres pour mieux rire de soi-même
» Trevor Noah, Jerry Seinfeld et Gad Elmaleh à Just For Laughs