NOUVELLES

Couillard trouve «répugnant» l'envoi d'un colis haineux à la mosquée de Québec

«C'est un acte de lâcheté. (...) C'est un lâche, cette personne»

19/07/2017 12:58 EDT | Actualisé 19/07/2017 13:05 EDT

L'envoi d'un colis haineux au Centre culturel islamique de Québec vendredi dernier est un acte répugnant et inacceptable, selon le premier ministre Philippe Couillard.

«Il s'agit de Québécois et de Québécoises de confession musulmane et personne ne mérite d'être traité de cette façon, a déclaré M. Couillard, mercredi, en marge du Conseil de la fédération à Edmonton. C'est un acte de lâcheté. (...) C'est un lâche, cette personne», a-t-il lancé.

Le premier ministre a rappelé que l'attaque, qui a fait six morts à cette même mosquée en janvier dernier, avait été précédée de gestes semblables.

Il a déclaré que ce dernier incident ne reflétait pas l'attitude des Québécois en général envers leurs voisins de confession musulmane.

«Cette véritable attitude d'affection et d'amitié, on l'a vue, on l'a entendue après l'attaque tragique de janvier où les gens sont sortis par milliers dans les rues de Québec pour dire non, non à la violence, non à l'intolérance», a-t-il affirmé.

Selon Philippe Couillard, il est toujours aussi important de faire adopter le projet de loi 62, qui dans sa formule actuelle obligerait le visage découvert dans les services publics.

«Il faut avancer sur cette question. Nous demeurons convaincus qu'il faut que la façon dont on détermine les accommodements soit raisonnable et qu'elle soit encadrée, ce qui sera le cas, et que les services publics doivent être donnés et reçus à visage découvert dans notre société», a-t-il dit.

«Je pense que là-dessus il y a un consensus assez large, y compris à l'intérieur de la communauté musulmane.»

Enquête ouverte

Un document contenant des allusions haineuses au projet d'aménagement d'un cimetière musulman à Saint-Apollinaire, sur la Rive-Sud de Québec, a été livré vendredi dernier au Centre culturel islamique de Québec situé sur le chemin Sainte-Foy.

Après avoir constaté la nature de son contenu, un responsable du Centre a remis le colis au Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) qui a ouvert une enquête le même jour. Des unités d'appoint de la police ont aussi été déployées afin de maintenir le sentiment de sécurité des membres de la communauté musulmane.

Un porte-parole du SPVQ, l'agent David Poitras, assure que les policiers abordent ce dossier avec beaucoup de sérieux, mais il ajoute que l'enquête n'a pas assez progressé pour avoir la certitude que des accusations criminelles peuvent être déposées.

Le Centre a reçu le colis deux jours avant la tenue du référendum sur le cimetière, dimanche dernier, mais il semble qu'il n'ait pas communiqué l'information immédiatement afin de ne pas influencer le vote sur le projet. Celui-ci a été rejeté, 19 des 35 citoyens de Saint-Apollinaire concernés ayant voté contre.

C'est au Centre culturel islamique de Québec qu'un tireur s'est introduit en janvier dernier, faisant six morts et plusieurs blessés.

La communauté musulmane de cette mosquée a aussi été la cible d'autres gestes haineux dans le passé. Notamment, il y a 13 mois, une tête de porc a été déposée au seuil de l'une des portes avec la note «Bon appétit». La consommation de porc est interdite par le Coran.

Depuis le massacre de l'hiver dernier, des lettres haineuses auraient aussi été postées au centre islamique.

LIRE AUSSI:
» Un message haineux livré à la mosquée de Québec
» L'«histoire n'est pas terminée», dit Couillard
» Cimetière à Saint-Apollinaire: un rejet «choquant» pour le Centre islamique de Québec