NOUVELLES

Couillard et Trudeau dénoncent l'envoi d'un colis haineux à la mosquée de Québec

L'enquête n'a pas assez progressé pour avoir la certitude que des accusations criminelles peuvent être déposées.

19/07/2017 17:42 EDT | Actualisé 19/07/2017 17:42 EDT

L'envoi d'un colis haineux au Centre culturel islamique de Québec vendredi dernier est un acte répugnant et inacceptable, selon le premier ministre québécois, Philippe Couillard, alors que son homologue du fédéral, Justin Trudeau, a souligné qu'un tel acte ne représente pas les valeurs du vivre ensemble québécois.

M. Couillard, qui se trouvait à Edmonton mercredi pour le Conseil de la fédération, a estimé que «personne ne mérite d'être traité de cette façon». «C'est un acte de lâcheté. (...) C'est un lâche, cette personne», a-t-il lancé.

Le premier ministre québécois a rappelé que l'attaque, qui a fait six morts à cette même mosquée en janvier, avait été précédée de gestes semblables.

Il a déclaré que ce dernier incident ne reflétait pas l'attitude des Québécois en général envers leurs voisins de confession musulmane.

«Cette véritable attitude d'affection et d'amitié, on l'a vue, on l'a entendue après l'attaque tragique de janvier où les gens sont sortis par milliers dans les rues de Québec pour dire non, non à la violence, non à l'intolérance», a-t-il affirmé.

De passage à Québec mercredi, le premier ministre Justin Trudeau a aussi insisté sur ce point, revenant sur la vague de soutien qu'avaient suscitée les événements de janvier.

«On a toujours compris que la diversité peut et doit être une source de force pour nous. Et malgré le fait (...) qu'il y ait des gens intolérants, haineux et même racistes, la population du Québec est, comme on voit partout au Canada, ouverte, respectueuse et fière qu'on soit une société forte, pas en dépit de nos différences, mais grâce à elles.»

Interrogé quant à l'issue du référendum sur le projet de cimetière musulman à Saint-Apollinaire, M. Trudeau a exprimé sa déception. Il a du même souffle assuré que le fédéral interviendrait assurément s'il s'avère qu'il a un rôle à jouer dans le dossier, alors que Québec évalue ce qu'il peut faire à ce chapitre.

Une image de cochons

Un document contenant des allusions haineuses au projet d'aménagement d'un cimetière musulman à Saint-Apollinaire, au sud de Québec, a été livré vendredi au Centre culturel islamique de Québec, situé sur le chemin Sainte-Foy.

«Moi, ça m'a fait un choc quand j'ai vu ça», a dit le secrétaire général de l'institution, Mahedine Djamai, qui a ouvert le colis pour y trouver un exemplaire du Coran endommagé dans lequel l'image d'un «enclos avec des cochons» avait été insérée.

Un message haineux laissait entendre que «ce terrain avec des cochons à l'intérieur est ce qui (...) convient le mieux» aux demandes des membres du centre, a relaté M. Djamai entrevue avec La Presse canadienne.

Le colis a été remis au Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), qui a ouvert une enquête le même jour. Des unités d'appoint de la police ont aussi été déployées afin de maintenir le sentiment de sécurité des membres de la communauté musulmane.

Un porte-parole du SPVQ, l'agent David Poitras, assure que les policiers abordent ce dossier avec beaucoup de sérieux, mais il ajoute que l'enquête n'a pas assez progressé pour avoir la certitude que des accusations criminelles peuvent être déposées.

Le Centre culturel islamique a reçu le colis deux jours avant la tenue du référendum sur le cimetière, dimanche, mais il semble qu'il n'ait pas communiqué l'information immédiatement afin de ne pas influencer le vote sur le projet. Celui-ci a été rejeté, 19 des 35 citoyens de Saint-Apollinaire concernés ayant voté contre.

«Vous savez, on reçoit énormément de messages de sympathie avec des colis comme ça où on reçoit des petits cartons faits par des enfants, des coloriages ou des lettres de sympathie. Donc, quand j'ai vu le petit colis, je m'attendais vraiment à recevoir quelque chose du genre», a dit M. Djamai.

C'est au Centre culturel islamique de Québec qu'un tireur s'est introduit en janvier dernier, faisant six morts et plusieurs blessés.

La communauté musulmane de cette mosquée a aussi été la cible d'autres gestes haineux dans le passé. Notamment, il y a 13 mois, une tête de porc a été déposée au seuil de l'une des portes avec la note «Bon appétit». La consommation de porc est interdite par le Coran.

«C'est impensable que quelqu'un puisse envoyer quelque chose de la sorte à peine six mois après qu'il y ait eu six innocents tués au Centre culturel islamique de Québec», s'est indigné le député fédéral de Louis-Hébert, Joël Lightbound.

L'élu libéral a ajouté que ce cas représente «la pointe de l'iceberg», alors que le centre reçoit des messages haineux à longueur d'année. Selon lui, les mesures de sécurité devraient être renforcées autour des mosquées.

«Ceux qui se réclament de l'islam pour commettre des attentats terroristes ne représentent pas les musulmans, ne représentent pas l'islam, mais il y a une confusion chez certains et il y en a qui l'entretiennent», a-t-il déploré.

LIRE AUSSI:
»
Couillard trouve «répugnant» l'envoi d'un colis haineux à la mosquée de Québec
» Un message haineux livré à la mosquée de Québec