NOUVELLES

Les gicleurs de la Résidence Oasis à Terrebonne n’étaient pas encore en fonction lors de l'incendie

Les trois quarts du système de gicleurs étaient installés dans l’immeuble.

10/07/2017 09:00 EDT | Actualisé 10/07/2017 14:55 EDT
Radio-Canada

Selon la firme Protection Incendie Atlas, qui procédait ces jours-ci à l'installation de gicleurs dans la résidence pour personnes âgées qui a été la proie des flammes à Terrebonne, le système n'était pas encore en état de fonctionner au moment du sinistre.

D'après Sylvain Guilbault, propriétaire de l'entreprise de Terrebonne qui effectuait les travaux, les trois quarts du système de gicleurs étaient installés dans l'immeuble.

Celui-ci n'était donc pas encore opérationnel lorsque l'incendie s'est déclaré en pleine nuit dans la Résidence Oasis.

La direction de la résidence avait rempli une demande au gouvernement du Québec pour l'installation d'un système de gicleurs dans l'immeuble, en conformité avec les lois en vigueur. L'édifice, certifié par le Centre intégré de santé et de service sociaux de Lanaudière, était par ailleurs muni d'un système de détecteurs de fumée et d'un système d'alarme incendie.

Toutes les résidences privées pour personnes âgées devront être munies de gicleurs d'ici 2020
En 2015, le gouvernement du Québec a obligé tous les centres d'hébergement privés de la province à être équipés d'un système opérationnel de gicleurs d'ici l'année 2020. Cette loi avait été adoptée à la suite de la tragédie de L'Isle-Verte, en 2014, qui avait fait 32 morts dans une résidence pour personnes âgées.

Une dame de 94 ans a trouvé la mort dans la nuit de samedi à dimanche à la suite de l'incendie dans la résidence pour personnes âgées autonomes de la rue Saint-Louis, près du Vieux Terrebonne.

Les pompiers et les policiers ont cependant réussi à évacuer en quelques minutes les 43 résidents de l'immeuble dont une douzaine ont été blessés. On ne craindrait cependant pas pour leur vie. La majorité a pu sortir de l'hôpital, selon le PDG du Centre intégré de santé et de service sociaux de Lanaudière, Christian Gagné.

Deux d'entre eux demeurent hospitalisés, l'un aux soins pour les grands brûlés de l'Hôtel-Dieu de Montréal et le second à l'hôpital Sacré-Cœur en chambre hyperbare. Le premier sera hospitalisé quelque temps et l'autre quelques jours.

Les causes du sinistre n'ont pas encore été révélées. Selon le capitaine du Service de police intermunicipal de Terrebonne, Sainte-Anne-des-Plaines, Bois-des-Filion, Benoit Bilodeau, « des éléments constatés par les pompiers [laissent] croire à une origine de nature suspecte ».

L'enquête sur cet incendie a été confiée à la Sûreté du Québec (SQ) qui a indiqué avoir arrêté et interrogé un suspect avant de le relâcher. Les enquêteurs de la SQ ont encore plusieurs témoins à rencontrer et ils poursuivent leur enquête.

Une quarantaine d'aînés à relocaliser

Pendant ce temps, les services sociaux de la région poursuivent leurs efforts pour reloger la quarantaine de personnes âgées qui ont perdu leur logement dans des résidences et centres de soins de la région.

M. Gagné souligne que tous les résidents seront relogés avant la fin de la journée, dont cinq ou six, en perte d'autonomie, seront admis dans un Centre d'hébergement de soins longue durée (CHSLD).

« Chaque personne, à terme, cet après-midi, aura une place de qualité dans une résidence privée pour aînés sur les pourtours du lieu où ils habitaient. [...] On a mis pour eux une ligne d'urgence 24-7 [24h/24, 7j/7] pour les familles pour les deux prochaines semaines pour être sûrs que la relocalisation se fasse avec le meilleur suivi possible », a précisé le PDG du CISSS de Lanaudière.

LIRE AUSSI:
» Une femme de 94 ans meurt dans un incendie suspect à Terrebonne