NOUVELLES

3 fraudes fréquentes sur le web, et comment s'en protéger

Les personnes mal intentionnées ne manquent pas d'ingéniosité pour soutirer de l'argent ou des informations personnelles au public. 

09/07/2017 09:00 EDT | Actualisé 09/07/2017 09:00 EDT
sestovic via Getty Images

Les personnes mal intentionnées ne manquent pas d'ingéniosité pour soutirer de l'argent ou des informations personnelles au public. La vague d'appels frauduleux en provenance du Vanuatu en est un bon exemple. Quelles sont les fraudes et les attaques informatiques les plus courantes, et comment s'en protéger? Un expert répond.

Un texte de Karl-Philip Vallée

Nous avons posé la question à l'organisme spécialisé en sécurité informatique Crypto.Québec. Jean-Philippe Décarie-Mathieu, directeur général et secrétaire-trésorier, nous présente trois fraudes et attaques fréquentes sur Internet.

1. L'hameçonnage

Vous recevez un courriel de votre institution bancaire vous informant que des opérations inhabituelles ont été détectées sur votre compte bancaire. Le courriel vous invite à vous connecter sur votre compte en passant par un hyperlien afin d'éviter l'interruption de vos services bancaires.

Si vous avez déjà reçu un courriel de ce genre, vous avez déjà été ciblé par une attaque d'hameçonnage. Ce type d'attaque est souvent simple à réaliser et est donc très répandu. Il consiste à soutirer des renseignements personnels (souvent des informations bancaires ou des mots de passe) par le biais d'une fausse page d'accès à une institution reconnue.

Méfiez-vous donc toujours des courriels non sollicités que vous recevez de la part d'une institution bancaire ou d'un grand site web, surtout si ces courriels vous invitent à cliquer sur un hyperlien pour vous rendre sur le site en question. Tâchez aussi de vérifier la provenance de ces courriels. Proviennent-ils d'une adresse qui semble fiable, avec le bon nom de domaine après le symbole « @ »?

« L'hameçonnage peut aussi se faire par téléphone, prévient Jean-Philippe Décarie-Mathieu. Dans ce cas, ne tombez pas dans le piège des appels entrants d'inconnus qui vous offrent un service de dépannage à distance. »

Si vous recevez un appel suspect, raccrochez et appelez vous-même l'entreprise pour laquelle se faisait passer votre interlocuteur en utilisant le numéro de téléphone affiché sur le site officiel de la compagnie.

Lorsque vient le temps de communiquer des informations personnelles, tant sur Internet qu'au téléphone, il est primordial de rester alerte et sceptique.

2. Les rançongiciels

Vous êtes devant votre ordinateur quand soudainement tout se bloque et un message s'affiche vous demandant de verser une rançon pour avoir accès à vos données. Votre ordinateur est sans doute infecté par un rançongiciel.

En mai dernier, des milliers d'ordinateurs à travers le monde ont ainsi été paralysés pendant la cyberattaque « WannaCry ». Il s'agissait en réalité d'un logiciel qui profitait d'une faille de sécurité dans le système d'exploitation Windows pour s'installer sur les ordinateurs touchés.

Les rançongiciels ne bloquent pas toujours des ordinateurs entiers. Certains ciblent des types de fichiers spécifiques, comme des documents Word, des photos ou des bases de données, explique Jean-Philippe Décarie-Mathieu, directeur général et secrétaire-trésorier de Crypto.Québec. Mais ils ont tous en commun d'exiger une rançon.

« Il ne faut pas payer la rançon, puisque rien n'indique que l'attaquant honorera sa parole et donnera les clés de déchiffrement à la victime, explique ce spécialiste en cybersécurité. Faites des sauvegardes de vos fichiers importants de façon régulière et stockez le tout sur un hôte externe, comme sur une clé USB ou dans le nuage. »

M. Décarie ajoute qu'il est essentiel de toujours mettre à jour son système d'exploitation pour réduire les risques d'attaques de ce genre.

3. Les fuites de base de données

Si vous vous êtes déjà inscrit à un service appartenant à Yahoo, comme Yahoo Mail, Flickr ou Tumblr, il se pourrait que vos informations personnelles et votre mot de passe soient entre les mains de pirates. Un milliard de comptes d'utilisateurs de Yahoo ont été compromis en 2013, touchant plus d'un internaute sur quatre, selon les statistiques de l'Union internationale des télécommunications. Et ce piratage n'a été découvert qu'en 2016!

Cette méthode est une tendance relativement nouvelle, selon M. Décarie-Mathieu. Comme les bases de données piratées contiennent souvent les mots de passe des utilisateurs inscrits et même parfois d'autres informations personnelles, les pirates vont parfois vendre ces informations à des personnes mal intentionnées. Une fois entre leurs mains, ces informations peuvent leur permettre de se connecter à vos comptes un peu partout sur le web, d'usurper votre identité ou de vous voler de l'argent.

La façon de se prémunir de ce type d'attaque est relativement simple et connue de tous : ne pas utiliser le même mot de passe pour différents comptes. Jean-Philippe Décarie-Mathieu recommande pour ce faire d'utiliser un gestionnaire de mots de passe, tels que LastPass ou KeePassX.

« Vérifiez aussi régulièrement sur Have I Been Pwned si votre adresse courriel se retrouve dans une fuite de données publique, conseille M. Décarie-Mathieu. Si c'est le cas, modifiez immédiatement le mot de passe associé à cette adresse. »

Et si vous utilisez ce mot de passe sur d'autres comptes, profitez-en pour les modifier du même souffle.

LIRE AUSSI:

» Poids du cyber et des stratégies d'influence dans les élections

» Des pirates russes ont pénétré le réseau électrique américain

» N'ouvrez surtout pas cette vidéo qui fera planter votre iPhone

VOIR AUSSI:

3 fraudes fréquentes sur le web, et comment s'en protéger