INTERNATIONAL

Donald Trump offre son aide aux parents d'un bébé britannique gravement malade

Les parents de l'enfant souhaitent l'emmener aux États-Unis pour suivre un traitement expérimental.

03/07/2017 16:57 EDT | Actualisé 03/07/2017 16:57 EDT

Donald Trump a offert lundi d'aider les parents de Charlie Gard, un bébé britannique de dix mois atteint d'une maladie génétique rare et dont la justice a autorisé la fin du maintien en vie.

"Si nous pouvons aider le petit #CharlieGard, comme le demandent nos amis britanniques et le pape, nous serions ravis de le faire", a tweeté le président des États-Unis, sans donner plus de précisions.

Les parents du nourrisson atteint d'une maladie mitochondriale rare souhaitent l'emmener aux États-Unis, où selon eux il pourrait bénéficier d'un traitement expérimental.

Une porte-parole de la Maison-Blanche a plus tard précisé que des membres de l'administration Trump avaient "parlé à la famille lors d'appels téléphoniques arrangés par le gouvernement britannique".

Donald Trump "lui-même n'a pas parlé à la famille, il ne veut en aucune façon faire pression sur eux", a expliqué Helen Ferré. "Le président Trump a proposé d'aider la famille dans cette situation déchirante", a ajouté la porte-parole.

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a autorisé le 27 juin la fin du maintien en vie du bébé, emboîtant le pas à la justice britannique qui avait auparavant permis la fin de la ventilation artificielle de l'enfant.

Dimanche, le pape François est entré dans le débat en apportant son soutien aux parents de Charlie Gard, Connie Yates et Chris Gard, et disant suivre avec "émotion" cette affaire.

"Il prie pour eux dans l'espoir que leur désir d'accompagner et de s'occuper de leur enfant ne soit pas dédaigné", a indiqué le Vatican dans un communiqué en italien, employant le terme "curare", qui signifie "s'occuper de" ainsi que "soigner".

C'est l'hôpital où le bébé est traité, le Great Ormond Street Hospital à Londres, qui a demandé l'autorisation de mettre un terme à la ventilation artificielle de l'enfant pour pouvoir lui prodiguer des soins palliatifs.

La Haute Cour britannique avait donné raison à l'hôpital le 6 juin au motif principal que les perspectives de guérison de l'enfant étaient faibles et que la prolongation d'un traitement sans issue positive réaliste ne faisait que prolonger ses souffrances.

LIRE AUSSI:
»
Nouveau coup de frein de l'administration Trump sur l'intégration des transgenres
» Trump frappe un homme affublé du logo CNN dans une vidéo
» Les photos de ces grands-parents montrent l'absurdité du décret migratoire de Trump
​​​