POLITIQUE

Le NPD et le Parti vert prennent le pouvoir en Colombie-Britannique

Le gouvernement libéral, au pouvoir depuis 16 ans, est défait.

30/06/2017 07:44 EDT | Actualisé 30/06/2017 07:45 EDT
PC/Chad Hipolito
La première ministre sortante de la Colombie-Britannique Christy Clark.

Le NPD s'est fait demander de former le gouvernement en Colombie-Britannique après que les libéraux ont perdu l'appui du Parlement lors d'un vote de confiance de la législature, envoyant le parti de Christy Clark aux bancs de l'opposition pour la première fois en 16 ans.

Le premier ministre désigné John Horgan est sorti d'une rencontre avec la lieutenante-gouverneure Judith Guichon, jeudi soir, annonçant qu'il avait été invité à former le gouvernement après avoir conclu un accord avec le Parti vert.

John Horgan, 57 ans, avait un large sourire sur son visage en se présentant devant ses partisans qui l'acclamaient, alors qu'il a affirmé qu'il sera en mesure d'avoir la confiance de l'Assemblée législative.

Le politicien a ajouté que ses priorités seront d'aider l'industrie du bois d'œuvre, de s'attaquer à la crise des opioïdes, et d'augmenter les ressources dans le système d'éducation avant le début de la prochaine année scolaire pour se conformer à une décision de la Cour suprême du Canada.

«Nous voulons nous assurer que les services que les gens s'attendent à recevoir sont là pour eux quand ils en ont besoin», a-t-il déclaré.

«Nous voulons nous assurer, surtout, que nous continuons de croître comme une province dynamique et diversifiée, l'envie du Canada».

John Horgan ne pouvait pas dire précisément quand le NPD pourra mettre en place un cabinet et commencer à gouverner, mais il a indiqué qu'il voulait agir rapidement.

Mais son gouvernement naissant fera face à des obstacles, car, même avec le soutien des trois membres du Parti vert, le NPD ne peut compter que sur 44 voix sur 87 sièges, ce qui le place dans une position précaire.

Aucun élu n'a rompu les rangs jeudi, alors que les verts se sont joints comme prévu aux néo-démocrates pour défaire le gouvernement de Christy Clark par 44 voix contre 42.

Le scrutin du 9 mai avait donné lieu au premier gouvernement minoritaire en 65 ans dans la province, après que les libéraux eurent raflé 43 sièges, contre 41 pour le NPD et trois pour les verts.

Avant le vote, Christy Clark a fait un vibrant plaidoyer aux membres de la législature pour qu'ils soutiennent son gouvernement, affirmant que les électeurs, lors des élections du mois de mai, avaient envoyé le message qu'ils souhaitaient que les trois parties travaillent ensemble.

Christy Clark, dont la formation s'est maintenue au pouvoir pendant les 16 dernières années, avait repris une série de promesses électorales de ses adversaires politiques dans l'espoir de rester en poste, sans succès.

Le président de l'Assemblée législative, Steve Thomson, a choisi de quitter ses fonctions peu après le vote de jeudi. Les néo-démocrates et les verts espéraient que M. Thomson, un libéral, conserve ce rôle, car le président ne se prononce habituellement pas lors des votes. Avec son départ, les votes risquent de se solder par une égalité des voix, fragilisant un éventuel gouvernement néo-démocrate.

LIRE AUSSI:
»
Colombie-Britannique: Christy Clark reconnaît que la nouvelle coalition pourrait prendre le pouvoir
» Colombie-Britannique: le Parti vert et le NPD veulent former le prochain gouvernement