INTERNATIONAL

Un kangourou retrouvé abattu en Australie, vêtu d'un imprimé léopard

La mise en scène est sordide.

28/06/2017 13:20 EDT | Actualisé 28/06/2017 13:22 EDT
Getty Images

Le cadavre d'un kangourou tué par arme à feu, recouvert d'un imprimé léopard et ligoté à une chaise avec une bouteille d'alcool entre les pattes, scandalisait en Australie.

Le kangourou a été retrouvé en bordure de route dans le nord-est de Melbourne par un passant, a expliqué mercredi un enquêteur du département de l'environnement de l'État de Victoria.

L'animal, qui portait une sorte de châle imprimé sur le dos, avait entre ses pattes ligotées et une bouteille d'ouzo.

"Le kangourou avait reçu au mois trois balles, avant d'être mis sur la chaise", a déclaré Mike Sverns. "Il s'agit d'un comportement déplorable et immoral".

M. Sverns a lancé un appel à témoins et rappelé que le fait de tuer des animaux sauvages protégés était passible d'une amende pouvant aller jusqu'à 36 500 dollars australiens et une peine de prison de deux ans.

"Il a fallu du temps pour mettre le kangourou en scène sur le bord de la route et nous sommes certains que quelqu'un a vu quelque chose, compte tenu de l'endroit et de la circulation", a-t-il dit.

Les autorités estiment que le kangourou n'a pas été tué à l'endroit où il a été retrouvé.

Une cruauté répandue

La semaine dernière, un autre kangourou avait été trouvé éviscéré dans le sud-ouest du pays. La photo de la macabre découverte a également été publiée par l'Association pour la protection des animaux en Australie (RSPCA) dans l'espoir de retrouver le(s) coupable(s).

"Je suis très préoccupée par le niveau de violence et de souffrance que ce pauvre animal innocent semble avoir subi", a déclaré l'inspectrice Amanda Swift en évoquant un acte de torture "profondément perturbant et barbare".

Le kangourou était encore vivant et conscient lorsqu'il a été retrouvé, ce qui signifie qu'on l'a laissé mourir "d'une mort lente et douloureuse".

"On sait que la cruauté envers la faune est répandue en Australie-Occidentale", a continué Amanda Swift. "Les gens doivent croire qu'ils ne sont pas concernés par les lois sur le bien-être animal, mais ils le sont."

En février dernier, un homme avait été condamné à 11 mois de prison pour avoir battu un kangourou à mort près de Bunbury, ville du sud-ouest du pays. Mais cette condamnation est une exception, comme l'avait déploré David van Ooran, directeur général de la RSPCA, lors du rendu de ce jugement.

"C'est incroyablement rare, je ne me rappelle pas d'une seule fois dans les dernières décennies où ça s'est passé ainsi", avait-il déclaré en espérant que cette sanction serve d'exemple aux prochains cas de maltraitance animale.

LIRE AUSSI:
​​​​​» Cruauté animale: un chien jeté dans des eaux turbulentes lors du tournage d'un film
» 37 chiens destinés à être mangés rapatriés à Montréal
» Les touristes n'ont pas tué le dauphin

Kangaroo Creek Farm Critters