NOUVELLES

Une Canadienne dirige la garde de la reine

26/06/2017 12:31 EDT | Actualisé 26/06/2017 12:31 EDT
Toby Melville / Reuters
Captain Megan Couto of the 2nd Battalion, Princess Patricia's Canadian Light Infantry, poses for a photograph as she prepares to command the Queen's Guard, during the Changing of the Guard ceremony, to become the first female officer to do so, at Wellington Barracks, in London, Britain June 26, 2017. REUTERS/Toby Melville

Une Canadienne de 24 ans, Megan Couto, a été intronisée lundi comme capitaine de la garde de la reine Elizabeth II, un honneur rare, dans le cadre des célébrations du 150e anniversaire de la fondation du Canada.

Casque blanc sur la tête, uniforme rouge sur le dos et sabre à la main, Megan Couto a dirigé la célèbre relève de la garde, cérémonie mondialement connue qui, quatre fois par semaine, attire des milliers des touristes devant Buckingham Palace.

Une femme dirige la garde de la reine pour la première fois


L'armée britannique a d'abord indiqué que la Canadienne était la première femme de l'histoire à diriger la garde avant de rectifier plus tard qu'elle était seulement la première femme issue d'un corps d'infanterie à le faire.

"Très nerveuse", Megan Couto s'est en tous cas déclarée "ravie d'avoir l'honneur" de commander la garde de la reine, avec pour mission de protéger les palais de Buckingham et de St James à Londres.

Cette responsabilité a été provisoirement confiée au deuxième bataillon de l'infanterie légère du Canada pour célébrer le 150e anniversaire de la fondation de ce pays.

La reine Elizabeth est monarque du Royaume-Uni, du Canada et de 14 autres pays dont l'Australie, la Jamaïque et la Nouvelle-Zélande.

Des soldats d'élite protègent le monarque depuis que le roi d'Angleterre Henri VII a introduit le corps de la garde rapprochée du souverain en 1509.

PRÉCISION: Le texte original indiquait que Megan Couto était la première femme à ce poste. Or, elle n'est pas la première femme à diriger la garde, contrairement à ce que l'armée britannique avait affirmé dans un premier temps.

Voir aussi:


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter