DIVERTISSEMENT

La fête nationale épargnée par les averses à Québec

24/06/2017 01:11 EDT | Actualisé 24/06/2017 02:37 EDT

La pluie et le ciel menaçant ont peut-être découragé de nombreuses personnes d'assister au spectacle de la fête nationale vendredi à Québec. La centaine d'artistes sur scène a néanmoins fini par attirer plusieurs milliers de spectateurs sur les plaines d'Abraham.

Un texte de Carl Marchand


La fête nationale épargnée par les averses à Québec


Le spectacle a commencé plus d'une heure plus tôt que prévu, vers 19 h 50, en raison des probabilités d'averses.

« Ce soir, on vit une fête nationale exceptionnelle. Une météo exceptionnelle, mais on est tous solidaires. On a envie de vous réchauffer », a lancé la chanteuse Marie-Mai, dès les premiers instants du spectacle.

« Le premier enjeu pour décider de devancer le spectacle, c'est la sécurité. Celle des artistes et celle des artisans. Vendredi après-midi en répétition, il y a eu certains incidents où des artistes ont glissé et auraient pu se blesser », explique Sylvain Parent-Bédard de QuébéComm, l'un des responsables de l'organisation de la fête.

« C'était important que le spectacle des Plaines ait lieu. Je pense que les gens sont contents », a ajouté Martine Desjardins, présidente du Mouvement national des Québécois et Québécoises, indiquant que la fête a bien failli être annulée.

Si les prévisions faisaient état de possibilités d'orages, le ciel n'est finalement tombé sur la tête de personne. De quelques centaines lors des premières notes, la foule n'a pas cessé de croître tout au long de la soirée.

Des spectateurs au rendez-vous, malgré tout

Ni la pluie reçue plus tôt en journée ni le temps frais vent n'étaient assez forts pour ruiner la fête de convaincus qui se trouvaient sur place dès les premiers instants.

« Si on reste à la maison, on ne pourrait pas en profiter. Dans le pire des cas, s'il pleut trop, on rentrera! » philosophait simplement Dino Pelletier de Québec en début de soirée. Le père de famille n'a jamais hésité à se déplacer avec ses deux fils pour assister au spectacle.

D'autres ont parcouru beaucoup de kilomètres pour se rendre jusque sur les Plaines.

« C'est surtout à cause de ma belle-soeur que je suis venue. Elle capote sur Marie-Mai. Elle est venue l'année passée et m'a dit que c'était le fun », a raconté Lorie Labonté, qui a fait la route depuis Acton Vale.

Les Franco-Ontariens Nathalie Kingsbury et Pierre Simard ont profité de leur passage dans la capitale pour célébrer.

« On a décidé de venir parce qu'on passe un week-end dans le Vieux-Québec, a expliqué Mme Kingsbury. On vient de l'Ontario et on est fiers de fêter avec vous! »

« C'est la langue qui nous tient ensemble. Il y a une fierté », a renchéri Pierre Simard.

fête nationale

Un discours d'inclusion

« Le Québec est une terre riche, un terreau fertile, un terrain d’accueil pour tous les talents de toutes les familles », a lancé Michel Rivard, porte-parole de la fête, lors du discours patriotique.

« Partout, des Québécois sont réunis pour notre Fête nationale. Des Québécoises, de gauche, de droite, de toutes allégeances, des compatriotes, aux visages, aux couleurs, aux dieux différents, mais des Québécois qui s’enracinent », a ajouté le slameur David Goudreault.

En fin de spectacle, la troupe s'est même permise de refaire le numéro d'ouverture qui avait été présenté devant une mince foule en début de soirée.

Les festivités se sont déroulées sans anicroche majeure à travers la ville, outre quelques interventions des pompiers pour des feux d'artifice déclenchés par des fêtards dans des zones résidentielles.

INOLTRE SU HUFFPOST

La défilé de la Saint-Jean, de 1909 à aujourd'hui